Antagoniste


26 février 2012

La modération Élection 2012 États-Unis Philosophie

Résultat assez intéressant d’un sondage réalisé par Gallup dans lequel on a demandé aux Américains de se prononcer sur l’idéologie politique des principaux acteurs de l’élection présidentielle…  Les résultats devraient en surprendre plus d’un…

Idéologie

Aux États-Unis, on retrouve plus de gens qui pensent que Barack Obama est trop à gauche qu’on retrouve de gens qui pensent que Mitt Romney ou Rick Santorum sont trop à droite.  Ce sont aussi les deux candidats républicains qui passent pour les plus modérés (% about right).

Si les médias s’autorisent à traiter les candidats républicains d’ultra-conservateurs, alors sur la base de ces chiffres, il serait encore plus approprié de qualifier Barack Obama d’ultra-gauchiste.

Non pas que je pense que Mitt Romney ou Rick Santorum feraient de meilleurs présidents que Barack Obama, mais je trouve tout de même intéressant, voire réconfortant, de constater que l’électorat américain a une opinion très différente de celle de leurs médias.


26 février 2012

Les nazis Coup de gueule Gauchistan Québec

Tout d’abord, je vous invite à écouter l’extrait audio suivant, on peut y entendre Patrick Lagacé discuter avec Paul Houde sur les ondes du 98,5:

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

De la bouche même de Lagacé, l’analogie nazie n’a pas sa place dans nos médias. Pareille comparaison n’est pas digne des « esprits les plus fins », on s’attend plutôt à l’entendre de la bouche de « sombres députés un peu nonos du fond d’une province perdue »…

D’accord…

Voici un texte écrit par Patrick Lagacé en 2008 (la lecture des commentaires vaut aussi son pesant d’or):

Patrick Lagacé
L’art de convaincre le peuple que la guerre est nécessaire

Je suis tombé sur une citation du leader Nazi Hermann Göring, récemment. Un truc qu’il a dit au psychologue américain Gustave Gilbert, à Nuremberg (ma traduction) :

« Naturellement, les simples gens ne veulent pas de la guerre, ni en Russie ni en Grande-Bretagne ni aux Etats-Unis ni même en Allemagne. L’affaire est entendue. Mais, après tout, ce sont les leaders des pays qui déterminent les politiques et il est toujours simple d’entraîner le peuple, qu’on soit dans une démocratie, dans une dictature fasciste, un parlement ou une dictature communiste (…) Bien sûr, les gens ne veulent pas la guerre. Tout ce que vous avez à faire, c’est de leur dire qu’ils sont attaqués, et dénoncer les tenants de la paix, en citant leur manque de patriotisme et en disant qu’ils exposent le pays au danger. Ça marche de la même façon dans tous les pays. »

Je vous rapporte la citation comme ça, en passant, parce qu’elle m’a frappé. Sans (hu-hum) arrière-pensée. C’est du vieux stock, évidemment (bruit de toux), les temps ont changé (hu-hum) et nos leaders politiques n’ont plus recours à ce genre de procédé pour nous convaincre que la guerre est nécessaire (quinte de toux épouvantable).

Et en 2007, voici comment Patrick Lagacé avait réagit à un commentaire de Keith Olbermann, polémiste américain maintenant déchu, quand celui-ci avait traité George Bush de fasciste:

Patrick Lagacé
Olbermann continue à traquer Bush

Keith Olbermann, animateur à MSNBC, continue son impitoyable et fascinant réquisitoire contre le président des États-Unis. Lundi, il a accusé Bush, dans le désordre, d’être un pleutre, un menteur, un criminel et d’instaurer une sorte de république fascisante basée sur la peur de la terreur…

Fascinant, vraiment. C’est pour des trucs comme ça que j’aime ce pays, au-delà de la façon dont il est mené ces jours-ci. Pour cette fibre-là. Pour ce ressort-là.

Selon les critères définis par Patrick Lagacé, on peut conclure qu’il est mur depuis longtemps pour devenir « un sombre député un peu nono du fond d’une province perdue »… Et moi qui croyais que Lagacé appartenait à la catégorie des « esprits les plus fins »… La même chose vaut aussi pour Jean Barbe. Déception…


26 février 2012

La mondialisation n’est pas à sens unique… Chine Économie Europe Mondialisation Revue de presse

Der Spiegel

Chinese Open First Car Plant in Europe
Der Spiegel

It used to be that European carmakers opened plants to assemble their cars in China. Now the Chinese have turned the tables with the opening of their first factory in Bulgaria, an EU country with low labor costs and taxes. Increasingly, Chinese carmakers are setting their sights on the European and American automobile markets.

Great Wall this week became the first Chinese automobile manufacturer to open an automobile assembly plant inside the European Union in the latest move suggesting the country’s carmakers are seeking to establish a beachhead into the European market. For years, European carmakers like Volkswagen have established large joint ventures in order to gain footholds in the Chinese market, but now the tables appear to be turning.

Bulgaria, the EU’s poorest country, is attractive as a labor market because it is an oasis of cheap wages and low taxes. Workers are considered well educated and the country is ideal as the site for a company like Great Wall to launch. Given that wages for factory workers have risen considerably in China in recent years, assembly sites abroad have become increasingly attractive for some manufacturers.

Le Québec c’est un peu la Bulgarie de l’Amérique du Nord, nous ne sommes pas très riches et la population est relativement bien éduquée. Mais ici il est difficile d’attirer des compagnies étrangères à cause de la fiscalité, de la réglementation, de la syndicalisation, etc. Dommage…

M’enfin, la Bulgarie démontre que, contrairement à ce qu’affirment les gauchistes, la mondialisation ne se fait pas à sens unique.