Antagoniste


3 février 2012

La social-bureaucratie Canada Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Le Québec est une province très fonctionnarisée et les fonctionnaires aiment beaucoup la paperasse…  Après tout, leur emploi en dépend…

Dans la réalité, voici le prix de la social-bureaucratie pour nos entreprises:

Social-Bureaucratie

Le Québec était premier en 2005 et malgré une légère diminution il était toujours premier en 2008.  Jean-François Lisée va être content, c’est une autre médaille d’or pour le Québec !

Voici comment a évolué le coût de la réglementation par entreprise entre 2005 et 2008 au Canada:

  1. ÎdP-Édouard: -27,4%
  2. N-Écosse: -20,1%
  3. Saskatchewan: -15,5%
  4. Ontario: -13,1%
  5. Manitoba: -12,6%
  6. Terre-Neuve: -11,5%
  7. N-Brunswick: -11,3%
  8. Québec: -4,0%
  9. Alberta: +2,5%
  10. C-Britannique: +5,1%

Le Québec, encore en queue de peloton de queue…  Notons au passage que si la croissance a été positive en Alberta et en Colombie-Britannique, le coût de la réglementation dans ces deux provinces reste largement inférieur au Québec.

L’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse montrent qu’il est possible de réduire substantiellement, dans un laps de temps relativement court,  le coût de la bureaucratie.  Voilà qui devrait inspirer nos politiciens.  Mais il est plus facile j’imagine de raconter que le modèle québécois est ce que nous avons de mieux à offrir à l’humanité…

Terminons en citant Ronald Reagan: « La vision économique des gouvernements se résume en quelques phrases courtes: Si ça bouge, on taxe. Si ça continue de bouger, on réglemente. Et quand ça ne bouge plus, on subventionne ».

Sources:
CANADIAN FEDERATION OF INDEPENDENT BUSINESS
La prospérité ligotée par une réglementation excessive

Industrie Canada
Principales statistiques relatives aux petites entreprises


3 février 2012

Faire payer les riches ? Canada Économie États-Unis

FiscalitéEn 2011, Mitt Romney a fait un salaire de 20 901 075$ et il a dû verser 3 226 623$ au fisc américain, ce qui représente un taux d’imposition de 15,4%.

Si Mitt Romney avait été canadien, le fisc lui aurait seulement pris 2 973 021$, ce qui représente un taux d’imposition de… 14,2%.

Vous avez bien lu, le Canada impose moins les riches que les États-Unis (merci à Jean-François Lisée d’avoir déniché cette information) !

Deux conclusions s’imposent… 1-Sachant que le Canada est un pays plus égalitaire que les États-Unis (pour ce que ça vaut…), on peut conclure que l’atteinte de cette sacro-sainte égalité ne passe pas nécessairement par l’imposition des riches. 2-Sachant que le Canada, contrairement aux États-Unis, n’est pas menacé par une crise budgétaire, on peut conclure qu’une gestion plus saine des finances publiques ne passe pas nécessairement par l’imposition des riches.

En bref, c’est tout un pan de l’argumentaire socialiste qui en prend pour son rhume.


3 février 2012

Vive le capitalisme ! Économie États-Unis Revue de presse

The Chronicle of Philanthropy

Record Facebook IPO Could Be a Charity Boon
The Chronicle of Philanthropy

With Facebook’s initial public offering set to create more than 1,000 of new millionaires, MSNBC says charities could benefit significantly.

The article cites the new liquidity of Facebook workers’ assets; the availability of philanthropic vehicles to limit the tax hit from huge capital gains, such as donor-advised funds; and the example of company co-founder Mark Zuckerberg—who gave $100-million to Newark public schools in 2010 and last year signed the Giving Pledge—as factors likely to drive a share of the firm’s new wealth into causes.

“Will all the new thousand millionaires give? Absolutely not,” said Rob Mitchell of Atlas of Giving, which tracks U.S. philanthropy. “But one of things we saw in 2011 was the fact that wealthy people were again interested in donating appreciated assets and specifically stock.”

Il y a huit ans, un gamin a construit un site Web dans son dortoir.

Ensuite, parce que certaines personnes, appartenant au « 1% », ont risqué leur argent et l’argent que leur avait confié le « 99% », ce site web a été en mesure de devenir une entreprise très prospère.

Et aujourd’hui, grâce à Facebook, des gens qui appartenaient au « 99% » font maintenant partie du « 1% ». Et parmi tous les nouveaux riches ainsi créés, il y en aura probablement un pour qui inventera le prochain Facebook !