Le spin des journalistes est archi connu: Harper est un danger pour la liberté de presse, la démocratie, le droit à l’information et les bébés… À les entendre, Harper est en train de construire des goulags dans l’Arctique canadien pour y déporter les membres de la presse…

Un exemple, voici ce qu’on a pu lire dans Le Devoir…

Le Devoir
Après les journalistes, au tour de l’opposition de dénoncer le contrôle de l’information sous Harper

Les membres de la direction de la Tribune de la presse parlementaire canadienne, de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, de l’Association canadienne des journalistes ainsi que des tribunes de la presse de six provinces ont envoyé jeudi une lettre ouverte aux médias pour dénoncer les politiques de contrôle de l’information du gouvernement Harper.

Ces associations affirment que «sous le règne de M. Harper, l’information émanant d’Ottawa s’est tarie. Les ministres et les fonctionnaires sont muselés. Les demandes d’accès à l’information sont ralenties et parfois bloquées après intervention politique. La transparence a cédé le pas à une forme de propagande léchée dont l’objectif est de manipuler l’opinion publique». En fin de compte, c’est le droit du public à l’information — et la démocratie — qui écopent, disent-elles.

Mais cette vision résiste-t-elle à l’épreuve des faits ?

La semaine dernière Reporters Sans Frontière a publié son classement annuel de la liberté de presse dans le monde. Ce rapport n’a pas fait couler beaucoup d’encre, probablement parce que les résultats ont déplu à la faune médiatique…

Pour l’année 2011-2012, le Canada s’est classé en 10e position, devant…  la Suède !  Il s’agit d’une nette amélioration depuis l’arrivée au pouvoir des conservateurs; en 2005 le Canada avait dû se contenter de la 21e position.

Le résultat obtenu par le Canada cette année représente le meilleur classement depuis 2003.

Donc la prochaine fois que vous entendrez un journaliste vous raconter que la liberté de presse est à l’agonie au Canada, vous saurez qu’un vous bullshit !

Source:
Reporters Sans Frontières
Press Freedom Index