Antagoniste


31 janvier 2012

Le spin des pauvres journalistes… Canada Coup de gueule Gauchistan

Le spin des journalistes est archi connu: Harper est un danger pour la liberté de presse, la démocratie, le droit à l’information et les bébés… À les entendre, Harper est en train de construire des goulags dans l’Arctique canadien pour y déporter les membres de la presse…

Un exemple, voici ce qu’on a pu lire dans Le Devoir…

Le Devoir
Après les journalistes, au tour de l’opposition de dénoncer le contrôle de l’information sous Harper

Les membres de la direction de la Tribune de la presse parlementaire canadienne, de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, de l’Association canadienne des journalistes ainsi que des tribunes de la presse de six provinces ont envoyé jeudi une lettre ouverte aux médias pour dénoncer les politiques de contrôle de l’information du gouvernement Harper.

Ces associations affirment que «sous le règne de M. Harper, l’information émanant d’Ottawa s’est tarie. Les ministres et les fonctionnaires sont muselés. Les demandes d’accès à l’information sont ralenties et parfois bloquées après intervention politique. La transparence a cédé le pas à une forme de propagande léchée dont l’objectif est de manipuler l’opinion publique». En fin de compte, c’est le droit du public à l’information — et la démocratie — qui écopent, disent-elles.

Mais cette vision résiste-t-elle à l’épreuve des faits ?

La semaine dernière Reporters Sans Frontières a publié son classement annuel de la liberté de presse dans le monde. Ce rapport n’a pas fait couler beaucoup d’encre, probablement parce que les résultats ont déplu à la faune médiatique…

Pour l’année 2011-2012, le Canada s’est classé en 10e position, devant…  la Suède !  Il s’agit d’une nette amélioration depuis l’arrivée au pouvoir des conservateurs; en 2005 le Canada avait dû se contenter de la 21e position.

Le résultat obtenu par le Canada cette année représente le meilleur classement depuis 2003.

Donc la prochaine fois que vous entendrez un journaliste vous raconter que la liberté de presse est à l’agonie au Canada, vous saurez qu’on vous bullshit !

Source:
Reporters Sans Frontières
Press Freedom Index


31 janvier 2012

Top 5 Qc/Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (24-30 janvier) selon Influence Communication:

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: Rarement j’ai vu une actualité aussi plate, insipide et peu inspirante… Je m’ennuie presque des nouvelles estivales qui nous disent de boire de l’eau et de faire cuire notre steak haché…

Source:
Influence Communication


31 janvier 2012

Pendant les temps de tromperies universelles, dire la vérité devient un acte révolutionnaire Environnement International Revue de presse

The Wall Street Journal

No Need to Panic About Global Warming
The Wall Street Journal

Editor’s Note: The following has been signed by the 16 scientists listed at the end of the article A candidate for public office in any contemporary democracy may have to consider what, if anything, to do about « global warming. » Candidates should understand that the oft-repeated claim that nearly all scientists demand that something dramatic be done to stop global warming is not true. In fact, a large and growing number of distinguished scientists and engineers do not agree that drastic actions on global warming are needed.

Although the number of publicly dissenting scientists is growing, many young scientists furtively say that while they also have serious doubts about the global-warming message, they are afraid to speak up for fear of not being promoted—or worse. They have good reason to worry. In 2003, Dr. Chris de Freitas, the editor of the journal Climate Research, dared to publish a peer-reviewed article with the politically incorrect (but factually correct) conclusion that the recent warming is not unusual in the context of climate changes over the past thousand years. The international warming establishment quickly mounted a determined campaign to have Dr. de Freitas removed from his editorial job and fired from his university position.

Alarmism over climate is of great benefit to many, providing government funding for academic research and a reason for government bureaucracies to grow. Alarmism also offers an excuse for governments to raise taxes, taxpayer-funded subsidies for businesses that understand how to work the political system, and a lure for big donations to charitable foundations promising to save the planet.

Je vous invite à prendre connaissance du texte complet qui regorge d’explications et d’exemples. Le texte ci-haut ne représente qu’un bref extrait.