PropagandisteAu lendemain de la primaire du New Hampshire qui a couronné Mitt Romney, Michel C. Auger, le correspondant de Radio-Canada aux États-Unis, déclarait sur son blogue que le Tea Party avait à toute fin pratique cessé d’exercer une influence politique puisqu’il n’avait pu empêcher la nomination d’un modéré comme Mitt Romney.

La tâche numéro un d’un journaliste c’est de rapporter une information qui est juste, de s’informer avec rigueur et minutie pour s’assurer que l’information qui est rapportée est factuelle.  C’est une tâche doublement plus importante quand vous travaillez pour un réseau national et que votre salaire est payé par les contribuables.

Si Michel C. Auger avait fait preuve de plus de rigueur dans l’exécution de ses fonctions, il aurait regardé le résultat des exits polls et voici ce qu’il aurait appris…

  • En Iowa, c’est Rick Santorum qui a reçu le plus de votes du Tea Party, c’est aussi Santorum qui a gagné cet État.
  • Au New Hampshire,  c’est Mitt Romney qui a reçu le plus de votes du Tea Party, c’est aussi Romney qui a gagné cet État.
  • En Caroline du Sud,  c’est Newt Gingrich qui a reçu le plus de votes du Tea Party, c’est aussi Gingrich qui a gagné cet État.

Mais comment Michel C. Auger a-t-il pu conclure suite à la primaire au New Hampshire que le Tea Party n’avait plus d’influence quand on sait que dans cet État le Tea Party a favorisé Mitt Romney, le gagnant de cette primaire !  Depuis le début des primaires et des caucus républicains, le Tea Party a toujours voté pour le gagnant.

Une conclusion s’impose: un manque flagrant de rigueur et de professionnalisme.  Michel C. Auger ne semble pas avoir réalisé que « le Tea Party » n’existe pas aux États-Unis, on devrait plutôt parler « des Tea Parties ».  Le mouvement des Tea Party n’est pas une structure centralisée, c’est un mouvement de la base et dans chaque État on retrouve des courants de pensée différents.