Un tweet publié hier par Jean-Pierre Charbonneau, le péquiste de service au « Club des ex », diffusé sur les ondes de RDI…

Vous avez bien lu, François Rebello est… de droite ! François Rebello a été le président de Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) de 1994 à 1996 et c’est bien connu que la FEUQ est un repaire de droitistes…

Voici quelques mesures et prises de position « droitistes » mises de l’avant par François Rebello du temps qu’il était péquiste:

  • Il a manifesté avec les indignés pour réclamer encore plus de réglementation.
  • Il a été contre la vente de TMX au consortium Maple.
  • Il a demandé des subventions pour un « train gastronomique » reliant Montréal à New York.
  • Il trouve que la CSST n’est pas assez généreuse.
  • Il veut que le gouvernement intervienne directement dans la gestion des entreprises.
  • Il a demandé des subventions pour un train reliant Montréal et le Maine.
  • Il a demandé au gouvernement de réglementer le prix de l’essence.
  • Il s’est dit favorable à des mesures de protectionnisme économique.
  • Il est un apôtre du « développement durable et du virage vert ».
  • Il a demandé au gouvernement d’intervenir dans le lock-out au Journal de Montréal.
  • Il a dénoncé l’inaction des premiers ministres du Canada et du Québec dans le dossier des TGV.
  • Il a voulu que le gouvernement passe une loi pour limiter le travail des étudiants.
  • Il s’est réjoui de la syndicalisation d’un Wal-Mart.
  • Il est une groupie d’Al Gore.
  • Il est contre la « main invisible » parce qu’elle ne produit pas de voitures vertes.
  • Il est favorable à la création d’une bourse du carbone pour punir l’Alberta.

Selon Jean-Pierre Charbonneau, tout ceci est de droite !!!

Sans blague, il faut être perdu dans le fin fond du champ gauche pour seulement oser penser que François Rebello à des affinités avec la droite.  Son passage au sein du PQ s’est fait exclusivement sous le signe de l’étatisme idéologique !

Jean-Pierre Charbonneau a passé 25 ans à l’Assemblée Nationale et pendant tout ce temps, il n’a pas appris à distinguer sa gauche de sa droite.  Désespérant n’est-ce pas de la part d’un élu…

En guise de conclusion, une petite réflexion de Faustino Ballvé (1887–1959), un économiste espagnol, qui mérite d’être méditée:

Québec Nationalisme

« Nationalism inevitably leads to socialism, and socialism to nationalism.

It is not possible to put a nationalist economic policy into effectwithout taking over control of production and distribution, and this is what socialism is essentially. On the other hand, it is impossible to take over control of production and distribution without inevitably putting into effect a policy of economic nationalism. »