Antagoniste


16 janvier 2012

Les modèles américains et scandinaves Économie En Chiffres États-Unis International

Quelques chiffres tirés d’un document de l’OCDE qui devraient heurter les idées reçues de nos amis gauchistes…

Tout d’abord, voici dans quelle mesure les riches contribuent aux revenus de leurs gouvernements:

Scandinave

C’est aux États-Unis que le gouvernement va chercher la plus grande partie de ses revenus chez les riches…  et la lutte n’est même pas serrée puisque dans de nombreux pays scandinaves la proportion est inférieure à 30% alors qu’elle est de 45% aux États-Unis.  En fait, dans les pays de l’OCDE ce sont les États-Unis qui se classent premiers.

Mais les gauchistes vont probablement me répondre que ces chiffres sont biaisés puisque c’est aussi aux États-Unis que les riches monopolisent le plus la richesse.  C’est juste, mais pour analyser ce phénomène, l’OCDE a aussi calculé le ratio entre les contributions au gouvernement du 10% les plus riches et la proportion des revenus qu’ils détiennent.  Plus ce ratio est élevé, plus cela indique que la fiscalité est progressive.

Scandinave

Encore une fois, les États-Unis arrivent en première position dans ce classement et dans celui regroupant tous les pays de l’OCDE.

Ici, il ne s’agit pas de dire que les Américains payent plus d’impôt que leurs équivalents scandinaves, ce n’est pas le cas.  La conclusion est plutôt à l’effet que, basé sur le coefficient de concentration de l’impôt et des revenus, les États-Unis ont le système fiscal le plus progressif, i.e. que le fardeau fiscal est porté par une petite partie de la population.

Cela explique peut-être aussi pourquoi les Scandinaves tolèrent une taxation aussi lourde.  Leur fiscalité étant peu progressive, cela signifie que l’ensemble de la population doit partager équitablement le fardeau fiscal; tout le monde, riche ou pauvre, doit contribuer aux revenus du gouvernement.  Puisque tout le monde participe, on n’encourage pas les gens à vivre aux crochets de l’État, i.e. il n’y a personne qui peut avoir un chèque du gouvernement sans avoir préalablement contribué à financer ce gouvernement.  Bref, sachant que tout le monde paye équitablement, les gens n’ont pas l’impression que le gouvernement déshabille Paul pour habiller Pierre.

Source:
OCDE
Growing Unequal? Income Distribution and Poverty in OECD Countries


16 janvier 2012

Changement de paradigme le GOP Élection 2012 États-Unis Revue de presse

The Hill

Sen. DeMint urges Republicans to listen to Ron Paul
The Hill

Sen. Jim DeMint (R-S.C.) said Wednesday the Republican presidential candidates need to listen to Ron Paul and would benefit from integrating some of his libertarian ideas into their platform.

« One of the things that’s hurt the so-called conservative alternative is saying negative things about Ron Paul, » DeMint told conservative radio host Laura Ingraham. « I’d like to see a Republican Party that embraces a lot of the libertarian ideas. »

DeMint said he does not agree with the Texas congressman on everything but that the rest of the GOP presidential field should capture some of what Paul’s been talking about for years because the Republican Party « needs » the libertarian movement.

« You don’t have to agree with everything he’s saying, but if the other candidates miss some of the wisdom about what he’s saying about monetary policy … that will be to our detriment, » DeMint said.

Cette nouvelle devient particulièrement intéressante quand l’on sait que Jim DeMint n’a jamais été associé au courant de pensée libertarien. Il représente plutôt l’aile conservatrice pure et dure du parti républicain. Ron Paul ne remportera probablement pas la nomination républicaine, mais il est en train de transformer son parti. Ce faisant, il facilitera la tache aux libertariens qui voudront prendre la relève.