Antagoniste


14 décembre 2011

À n’importe quel prix ? Économie Gauchistan Québec

GouvermanmanLa semaine dernière, Pierre Arcand a annoncé la mise en place d’un programme d’inspection obligatoire pour les véhicules de 8 ans et plus pour s’assurer que ceux-ci respectent les normes environnementales.  La deuxième phase de ce plan prévoit que cette inspection sera ensuite étendue au volet mécanique des véhicules, pour s’assurer que ces derniers sont sécuritaires.  Ce volet particulier de la loi a enchanté plusieurs personnes, car on dit qu’il sauvera des vies.

Selon les chiffres du ministre Arcand, on estime à 450 000 le nombre d’inspections qui devront être réalisées chaque année.  Le coût de cette inspection, toujours selon le gouvernement, sera de 60$.  Faites le calcul, la facture totale en inspection va s’élever à 27 millions de dollars.

Et qu’en est-il des vies sauvées ?  Selon un rapport du coroner Martin Sanfaçon, on estime que les défaillances mécaniques des véhicules de plus de 10 ans sont responsables de 2% des accidents mortels.  En 2010, on a dénombré 441 accidents mortels au Québec qui ont fait en moyenne 1,1 victime.  Donc, dans le meilleur des cas i.e. si les inspections permettent de prévenir tous les accidents liés à des défaillances mécaniques, on va sauver environ 10 vies.

Faites le calcul, 27 millions de dollars divisés par 10 vies c’est 2,7 millions de dollars par vie sauvée…  Et pendant ce temps, le gouvernement refuse d’utiliser les médicaments les plus récents contre le cancer parce qu’ils sont trop chers, alors qu’on peut traiter une personne pour quelques dizaines de milliers de dollars…

J’ai l’impression d’entendre Allan Rock, un ministre libéral, qui a déjà défendu le registre des armes à feu en disant que si ce registre avait permis de sauver une seule vie, alors la dépense de 2 milliards était pleinement justifiée… Idem pour la lutte aux terroristes ou le bogue de l’an 2000…

M’enfin, quand les intentions du gouvermanman sont bonnes, il semble que l’on peut dépenser sans compter, et ce, même si cet argent pourrait être plus utile ailleurs…


14 décembre 2011

Étirer l’élastique Canada Économie En Chiffres États-Unis Récession

Hier, Statistique Canada a sorti ses chiffres sur l’endettement des ménages au Canada.  Je me suis amusé à comparer avec la situation aux États-Unis.  Coeur sensible, s’abstenir…

Dette Canada États-Unis
En gris, la période de la dernière récession selon le NBER.

Du côté américain, l’élastique s’est cassé à 130%.  Lors de la récession qui a suivi, les Américains ont considérablement réduit leur endettement.  Au Canada, lors de la récession, les ménages ont continué à s’endetter, si bien qu’aujourd’hui ce taux atteint 153%.  Un jour où l’autre, ce sera notre élastique qui va se casser…

Et je me permets de remettre un graphique (mis à jour), présenté il y a quelques mois, sur le prix des maisons au Canada et aux États-Unis…

Dette Canada ÉtatsUnis
En gris, la période de la dernière récession selon le NBER.

Quand la valeur des maisons a doublé aux États-Unis (200%), la bulle a éclaté.  Au Canada, pour le mois de septembre 2011, nous étions à… 216,9%.  À titre indicatif, le taux d’inflation depuis janvier 2000 est de 25,4%

Nous serons les prochains, et la crise en Europe servira de catalyseur.  Brace for impact

Sources:
Statistique Canada
Tableau 378-0012

Federal Reserve Bank of St. Louis
Liabilites: Household Credit Market Debt OutstandingDisposable Personal Income


14 décembre 2011

Une chance que l’État est là… Économie Europe Revue de presse

The Australian

Shelves empty as butter shortage hits Norway
The Australian

EUROPE’S richest country is in the grip of a spreading crisis. Supermarket shelves in Norway have been stripped bare of butter after its people ate their way through the nation’s entire stockpile.

A craze for a popular « fat-rich, low-carb » weight-loss diet has been blamed, as has a shortage of animal feed which caused a drop in milk production.

Some analysts say that the root of the problem is the near-monopoly held by the giant domestic company Tine, which controls 90 per cent of the butter supply in a country protected by trade barriers from European Union imports. Tine in turn blamed the popular diet routine.

But Arne Nygaard, a professor of marketing at the BI Norwegian Business School, said that Norway’s outdated state monopoly system was to blame. It had been created to keep prices high to protect small Norwegian farms in the north. « You have this old-fashioned market structure from the post-war era which creates a monopoly, and like all monopolies they do not really care about the consumer, » Professor Nygaard said.

Mais on sait tous que sans l’intervention de l’État la pénurie serait bien pire. Qui serait assez fou pour confier au libre-marché la production et la vente de beurre…


13 décembre 2011

Le procès de Wall Street Économie En Vidéos États-Unis Gauchistan

Que ce soit le socialisme des indignés ou le crony-capitalisme des hommes d’affaires, le verdict est le même: coupable !


13 décembre 2011

Top 5 Qc/Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (6-12 décembre) selon Influence Communication:

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: Imaginez ce que ce sera si les Nordiques reviennent à Québec… En fait non, n’imaginez rien, la situation est déjà suffisamment déprimante comme ça…

Source:
Influence Communication


13 décembre 2011

Les moulins à vent Économie Environnement Europe Revue de presse

The Daily Telegraph

Over-reliance on wind farms ‘will lead to power cuts’
The Daily Telegraph

A report by the Adam Smith Institute and the Scientific Alliance says that wind farms cannot meet the need for energy, leading to « a crisis by the middle of this decade ».

It estimates that five turbines would have to be put up every day to generate the Government’s targeted amount of electricity from wind, which is championed by Chris Huhne, the Energy Secretary.

Martin Livermore, a director of the Scientific Alliance, said turbines cannot be built quickly enough to replace Britain’s current coal and nuclear stations, which will mostly have closed by the end of the decade. « It’s a real lack of energy security, » he said. « The rather frightening comparison is with South Africa, where they didn’t build nearly enough power stations and they’ve had rolling blackouts for a number of years.

The report challenges the Government’s claims that generating energy from wind will be cheaper in the long run.

En passant, ces cinq dernières années on dénombre en Grande-Bretagne 1 500 incidents associés aux éoliennes. Ces incidents ont fait 300 blessés et 4 morts.


12 décembre 2011

Un scandale qui devrait couler l’Administration Obama Élection 2012 En Vidéos États-Unis

Imaginez un politicien qui fait campagne contre les banques, les riches, Wall Street, le manque de réglementation dans le système financier et la fraude.  Imaginez ensuite que ce politicien a consulté un banquier, qui a été impliqué dans une faillite et une fraude, pour recevoir des conseils sur sa plus importante décision économique…  Cette histoire serait partout dans les médias et les chances de réélection de ce politicien seraient grandement compromises…  sauf si vous êtes un démocrate !

Il y a quelques semaines, MF Global, une banque spécialisée dans les produits dérivés a fait une faillite de 7,3 milliards de dollars.  Dans les jours qui ont suivi cette faillite, on a découvert que 1,2 milliard de dollars avaient disparu des livres comptables.

Qui était le patron de MF Global ?  Nul autre que Jon Corzine, ancien CEO de Goldman Sachs et ancien gouverneur démocrate du New Jersey (battu par Chris Christie) !  Et quel genre de relation entretenait Jon Corzine avec l’Administration Obama ?  Jugez par vous-même:

Étrange, quand un politicien républicain faisant campagne sur le thème des valeurs familiales se fait épingler dans une histoire d’adultère, l’histoire est partout dans les médias.  Mais quand un démocrate faisant campagne contre les banquiers se fait prendre avec un banquier véreux, c’est le silence radio…

Un jour je vais aussi vous parler du scandale Fast and Furious, un truc qui fait passer Richard Nixon pour un enfants d’école (et qui est ignoré par les médias).


12 décembre 2011

Encore des chiffres à oublier pour le Québec Économie En Chiffres International Québec

Il y a quelques semaines, le Centre sur la productivité et la prospérité du Québec (HEC) a publié la troisième édition de son bilan annuel portant sur l’évolution de la productivité du travail et du niveau de vie au Québec.  Encore une fois, rien de bien réjouissant pour la belle province…

Économie Québec Économie Québec

Mais le Québec a mieux fait que le pire pays de l’OCDE considéré dans l’analyse.  Donc, selon la logique de Jean-François Lisée, ce résultat doit être bon pour une médaille d’or…

En 1981, le PIB/habitant dans les 20 pays les plus riches de l’OCDE était à peine 2% supérieur à celui du Québec, l’écart était somme toute négligeable.  En 2010, cet écart est passé à 16%, autrement dit nous avons perdu pas mal de terrain…  Et le dernier de classe, la Corée du Sud, nous rattrape à vitesse « grand V ».  En 1981, notre PIB/habitant était 75% supérieur au leur, en 2010, il n’est maintenant que 12% supérieur.

Si entre 1981 et 2010 le Québec avait maintenu la même croissance que les pays de l’OCDE les plus riches, le PIB/habitant serait aujourd’hui de 52 183$, soit 12 000$ de plus que le niveau actuellement observé.

Toujours pour la période couverte entre 1981 et 2010, le Québec se classe en 20e place (sur 21) au chapitre de la croissance de la productivité du travail et en 16e place (sur 21) pour la croissance du PIB/habitant.

Source:
 HEC Montréal
Productivité et prospérité au Québec: Troisième édition


12 décembre 2011

Encore un échec pour les verts Chine Économie Environnement Revue de presse

Bloomberg BusinessWeek

China Solar Makers Face Suicidal Prices
Bloomberg BusinessWeek

Losses for China’s largest solar manufacturers, including Suntech Power Holdings Co. and JA Solar Holdings Co. may continue through next year as declining shipments prompt them to slash prices and liquidate inventory.

Cell prices have fallen 59 percent since Dec. 27, according to Bloomberg New Energy Finance. Seven Chinese companies reported lower gross margins since yesterday and three said margins have moved into negative territory, an unsustainable level, said Hari Chandra Polavarapu, an analyst at Auriga USA in New York.

“Liquidation is leading to suicidal pricing.” Polavarapu said in an interview today. There are too many solar companies in China, he said, and they are cutting prices to maintain share. Chinese solar manufacturers expanded capacity faster this year while demand growth slowed in Europe, the top regional market.

“Demand has not lived up to expectations and pricing has collapsed over the last three quarters,” Aaron Chew, an analyst at Maxim Group LLC in New York, said today in an interview. “Most of the major cell, wafer and module manufacturers are poised to report four quarters in a row of losses and this is just the first one.”

Le 15 septembre 2009, Thomas Friedman écrivait dans le New York Times: « China has decided that clean-tech is going to be the next great global industry and is now creating a massive domestic market for solar and wind, which will give it a great export platform ». Ce n’est pas la première ni la dernière fois qu’un apôtre de l’énergie verte se trompe…