Si les politiques monétaires prônées par Milton Friedman n’étaient pas sans reproche, n’en reste pas moins que les indignes auraient intérêt à l’écouter une fois qu’ils auront dégrisé