Antagoniste


21 novembre 2011

Train à grande dépense Canada Économie États-Unis Gauchistan Québec

TGVEn 2008, la Californie a décidé de construire une ligne de TGV entre San Francisco et Los Angeles.  Au début, on a annoncé que la construction de cette ligne longue de 700 kilomètres allait coûter 33,6 milliards de dollars et serait complété d’ici 12 ans.  Trois ans plus tard, on a appris que la construction allait finalement coûter au moins 98,5 milliards de dollars et que les travaux allaient s’échelonner sur 25 ans !

En passant, une étude rendue publique la semaine dernière a montré qu’un projet de TGV reliant Windsor et Québec, un trajet de 1 150 kilomètres, pourrait être réalisé avec un investissement de… 21,3 milliards de dollars !  Mais n’ayez craintes, ici il n’y aura pas de dépassements de coût ni de retard dans les délais de construction, car tout le monde sait que nos firmes d’ingénierie font toujours un travail irréprochable.

Dans un tout autre ordre d’idée, je vous signale que l’on retrouve uniquement 2 lignes de TGV sur la planète qui sont profitables: la ligne Tokyo/Osaka et Paris/Lyon.


21 novembre 2011

Les exploités du gaz Économie En Chiffres Environnement États-Unis

Quelques chiffres intéressant sur l’emploi dans l’État de la Pennsylvanie:

Pennsylvanie Shale

Mais qu’est-il arrivé au début de 2008 pour que les chiffres sur l’emploi relié à l’exploitation des ressources naturelles explosent en Pennsylvanie ?  C’est simple: cet état américain a commencé à exploiter le gaz de schiste !

Depuis 2008, il s’est créé 10 900 emplois directs dans le secteur relié à l’exploitation des ressources naturelles, soit une augmentation de 51%. À titre indicatif, dans les autres industries l’emploi a décru de 3% depuis 2008.

Depuis 2008, la quasi-totalité des emplois reliés aux ressources naturelles en Pennsylvanie a été créée dans l’industrie des gaz de schiste. Si on inclut les emplois indirects, l’exploitation des gaz de schiste fait vivre 214 000 personnes.

Et quel est le salaire des gens qui travaillent dans l’exploitation des gaz de schiste ?  76 036$ en moyenne, dans les autres industries la moyenne est de 46 222$.

Mais les pauvres…  Ils ne l’ont pas encore réalisé, mais en confiant l’exploitation de leurs ressources naturelles aux multinationales du secteur privé, non seulement les Pennsylvaniens se font exploiter honteusement, mais en plus on saccage leur environnement.  Ici au Québec, ça fait longtemps qu’on a compris ça: des jobs bien payés dans un secteur d’avenir, on n’a pas besoin de ça…

À titre indicatif, le salaire hebdomadaire moyen au Québec pour les gens qui travaillent dans ce secteur d’activité est de 1 305$.

Et pour ceux qui doutent du potentiel du gaz de schiste, je vous signale que la Honda Civic Natural Gas a reçu le prix pour la voiture verte de l’année au salon de l’automobile de Los Angeles.

Sources:
U.S. Bureau of Labor Statistics
State and Metro Area Employment, Hours, & Earnings


21 novembre 2011

Dehors les socialistes ! (une défaite pour les indignés) Économie Europe Récession Revue de presse

Le Figaro

Espagne: raz de marée à droite
Le Figaro

Les Espagnols ont tranché: pour sortir le pays du marasme économique, ils ont accordé leurs suffrages à Mariano Rajoy. Selon les résultats partiels des législatives, portant sur 85% des suffrages, sa formation, le Parti populaire (PP, droite), s’est imposée hier comme la première force du pays, en raflant 44% des voix. Mieux, Rajoy bénéficie d’une majorité absolue très confortable: 187 des 350 sièges du Congreso de los diputados reviennent au PP.

À l’inverse, le Parti socialiste (PSOE) qu’emmenait Alfredo Pérez Rubalcaba a subi une défaite cinglante. «Ce n’est pas un bon résultat», a reconnu hier soir le candidat, qui a salué la «large majorité» obtenue par la droite. 110 députés et 29% des bulletins, son pire résultat de l’histoire, un score largement inférieur aux 169 parlementaires rassemblés en 2008. Rajoy, inversement, dépasse le meilleur résultat de José Maria Aznar (183 sièges), un père politique parfois encombrant, qui le désigna à la tête du PP en 2004.

Le premier objectif de Rajoy n’était pas de séduire ses propres électeurs, parmi les plus fidèles et disciplinés du continent. Dans ce pays structurellement plus à gauche que la moyenne européenne, il fallait surtout montrer un visage aimable et éviter d’effrayer les sympathisants socialistes.

N.B. Je vous signale que le mouvement des indignés est né en Espagne…