Gouvernement SocialisteCette semaine, Raymond Bachand, alias Monsieur Bonheur, a rendu publique sa mise à jour économique et financière.  Le ministre des Finances se félicite d’avoir un déficit de 1 milliard de moins que ce qui avait été prévu dans le budget.  Raymond Bachand attribue ce résultat aux contrôles rigoureux des dépenses.

Pourtant le gouvernement n’a coupé aucune dépense, il a réduit la croissance des dépenses.  La nuance est importante, laissez-moi vous expliquer avec un petit exemple.

Paul est un alcoolique, qui tente de devenir sobre, il se rend chez son thérapeute pour parler de ses progrès…

Thérapeute: Alors Paul, le mois passé combien de bières avez-vous consommées par jour ?

Paul: Le mois passé, j’étais à 10 bières par jour monsieur.

Thérapeute: Et ce mois-ci, qu’elle a été votre consommation ?

Paul: J’ai fait d’énormes progrès, j’ai coupé ma consommation de 4 bières par jour.  Désormais, ma consommation totale est de 12 bières par jour !

Thérapeute: Vous vous foutez de ma gueule, votre consommation est passée de 10 à 12 bières par jour, mais vous me dites que vous avez réduit votre consommation de 4 bières !

Paul: C’est pourtant simple à comprendre.  Ce mois-ci, j’avais prévu boire 16 bières par jour, mais je n’ai bu que 12 bières, donc j’ai réduit ma consommation de 4 bières.

Thérapeute: Paul, fichez le camp de mon bureau et ne revenez lorsque vous serez sérieux…

Quand notre ministre des finances dit qu’il a rigoureusement contrôlé les dépenses, il fait comme Paul.  Ce n’est pas une vraie coupure des dépenses, mais une réduction de l’augmentation des dépenses.

Vous en connaissez beaucoup des alcooliques qui sont devenus sobres en réduisant l’augmentation de leur consommation ?  Comme pour Paul, Raymond Bachand ne pourra pas guérir son problème d’addiction à moins de faire de véritables efforts.

Si le déficit a été 1 milliard de moins de ce qui avait été prévu, c’est surtout grâce au chèque de 2,2 milliards reçu d’Ottawa pour l’harmonisation des taxes.

En passant… Les profits après impôts des entreprises publiques provinciales au Canada ont augmenté partout sauf dans deux provinces…  Le Nouveau-Brunswick (+133,6 %), la Saskatchewan (+29,1 %) et l’Alberta (+20,1 %) ont eu les plus fortes hausses alors que le Québec (-9,6 %) et l’Île-du-Prince-Édouard (-4,1 %) ont eu les plus fortes baisses.