Les conservateurs ont franchi une nouvelle étape dans le démantèlement du registre des armes à feu. Si Stephen Harper désire toujours maintenir le registre pour les armes de poing, le registre des armes d’épaule sera chose du passé.

La réaction à Québec a été immédiate: si le registre est aboli, nous risquons la catastrophe, par conséquent le Québec exige qu’on lui transmette les données de ce registre.

Mais est-il utile de forcer les chasseurs et les agriculteurs à enregistrer leurs armes d’épaule ?

Vous l’ignorez peut-être, mais le registre des armes a été virtuellement démantelé en 2006. À l’époque, les conservateurs ont fait savoir à la population qu’il n’allait plus appliquer les lois exigeant que les détenteurs d’arme d’épaule enregistrent leurs fusils et ils ont aussi accordé une amnistie à tous ceux qui avaient refusé d’enregistrer leurs armes.

À toute fin pratique, depuis 2006, la partie du registre couvrant les armes d’épaule n’existe plus. Qu’est-il arrivé durant cette période ?  Est-ce que les gens sont morts par milliers dans les rues à cause de cette décision ?

Registre Armes à Feu

La suspension de l’obligation d’enregistrer les armes d’épaules n’a eu aucun effet notable sur le taux d’homicide: avant son adoption le taux d’homicide était déjà en diminution et après la suspension on voit toujours la même tendance.

Pourquoi autant d’opposition pour rendre officiel ce qui est officieux depuis 2006 ? Le registre serait-il une vache sacrée ?  Est-ce qu’encore une fois le gouvernement juge de l’utilité d’un programme sur la base des intentions et non pas des résultats ?

Source:
Statistique Canada
Tableau 253-0005