Antagoniste


25 octobre 2011

Les exploités du pétrole Économie États-Unis

Pétrole Dakota du Nord

Avis aux indignés de Wall Street… Aux États-Unis, il est possible d’avoir un salaire de 15$/h en travaillant dans… un fast-food !

Où pareille chose est-elle possible ?  Dans l’État le plus syndiqué ?  Dans l’État où le gouvernement a imposé un salaire minimum colossal ?

Du tout…

Ce miracle s’est produit dans le Dakota du Nord, un État avec un taux de chômage de 3,5% (7,3% au Québec), un taux de syndicalisation de 9,1% (39,3% pour le Québec) et un salaire minimum de 7,25$/h (9,65$/h pour le Québec).

Mais comment cette situation est-elle possible ?  C’est simple, le Dakota du Nord a décidé d’exploiter son pétrole de schiste !

Mais les pauvres…  Ils ne l’ont pas encore réalisé, mais en confiant l’exploitation de leurs ressources naturelles aux multinationales du secteur privé, non seulement les Nord-Dakotains se font exploiter honteusement, mais en plus on saccage leur environnement.

Ici au Québec, ça fait longtemps qu’on a compris ça o_O


25 octobre 2011

Top 5 Qc/Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (18-24 octobre) selon Influence Communication:

Actualité Québec

Actualité Canada

N.B. On ne retrouve aucune mention des différents mouvements « Occupy » dans le top 5 sur twitter (tant pour le Québec, le Canada, les États-Unis et le monde).

Source:
Influence Communication


25 octobre 2011

Terrorisme syndical Économie Gauchistan Québec Revue de presse

Le Journal de Québec

Des femmes « fines fines fines »?
Le journal de Québec

Travail contre faveurs sexuelles? Pour pouvoir œuvrer sur les chantiers québécois, certaines femmes du milieu de la construction se doivent d’être « fines, fines, fines », a-t-on appris, lundi, en commission parlementaire.

Il s’agit là d’une partie du témoignage troublant livré, lundi après-midi, par trois travailleuses du Comité ad hoc pour la défense des droits des femmes dans la construction au premier jour des audiences publiques sur le projet de loi 33.

« Ça va de la simple farce plate à la violence physique, s’est insurgée Sylvie Déraspe, responsable du comité. On n’est plus capables d’être discriminées, intimidées, harcelées et violentées pour pouvoir travailler sur l’industrie. Il faut essayer d’apporter de nouvelles solutions parce que c’est effrayant. »

Ironiquement, une travailleuse de la construction de la Côte-Nord, qui devait témoigner, lundi, à l’Assemblée nationale au sujet de l’intimidation, se trouvait plutôt à l’hôpital après avoir apparemment subi une agression d’un syndiqué de la FTQ-Construction.

Parlant de Bernard Gauthier, alias Rambo, de la FTQ-Construction, elle a dit « qu’il contrôle une grande partie des travailleurs et des entrepreneurs. C’est plus grave que ce que vous pensez, a-t-elle affirmé. Il fait la pluie et le beau temps ».