Dans un billet publié le 11 novembre 2010 sur le blogue de Richard Hétu, on peut lire que Glenn Beck serait un antisémite.  Dans un billet publié presque un an plus tard, on peut lire que le mouvement Occupy Wall Street aurait des relents d’antisémitisme…

La même accusation d’antisémitisme, mais deux réactions diamétralement opposées…

En ce qui concerne Glenn Beck, l’accusation est tirée par les cheveux, Glenn Beck est accusé d’antisémitisme parce qu’il a critiqué George Soros qui est juif.  L’accusation est d’autant plus ridicule que les faits rapportés par Glenn Beck sont bien documentés.  Qu’importe,  Richard Hétu ne laisse aucune place au doute même si son histoire est cousue de fils blancs.

L’histoire sur Occupy Wall Street est totalement différente, les faits rapportés n’ont rien d’imaginaire et leurs connotations antisémites ne font aucun doute.  Pourtant, Richard Hétu fait tout en son pouvoir pour minimiser ces accusations, notamment en spécifiant qu’elles émanent d’un groupe associé au parti républicain.

Si dans le cas de Glenn Beck  on a inventé une histoire d’antisémitisme, dans le cas d’Occupy Wall Street on a pris des histoires bien réelles pour ensuite tenter de diminuer leur portée. Avouons que c’est assez particulier…

Mais l’histoire devient encore plus troublante quand on lit les commentaires laissés dans chacun des billets.  Dans le billet sur Glenn Beck, on applaudit le courage des organisations qui ont osé dénoncer l’infâme animateur.  Par contre, dans le billet sur Occupy Wall Street, on observe la réaction inverse. On accuse le lobby juif de faire de la propagande et de contrôler les politiciens, les banques et le monde… En bref, leurs accusations ne valent rien.

Prenez le temps d’aller lire les commentaires dans ces deux billets, l’hypocrisie et le double standard est frappant…

D’ailleurs, voici quelques commentaires tirés du billet sur Occupy Wall Street qui ont été répertoriés sur le compte Twitter du Hétutistan.  Je vous rappelle que ces gens se défendent d’être antisémites…

noirod: « Aussitôt que tu t`attaques aux juifs t`as les lobbies qui se mettent a brailler et à crier à l`antisémitisme ! J` en ai mon truck de ces braillards d`hypocrites. »

j.c.virgil: « Y aurait-il des manifestants qui auraient osés s’interroger sur le rôle des banquiers juifs et de Goldman Sachs dans la crise qui émane de Wall-Street ? Oh que c’est vilain ça ! Sortons l’épouvantail de l’anti-sémitisme.! »

mozart999: « L’usage de certains juifs des accusations d’antisémitisme a tort et a travers creuse le terreau du développement de cet antisémitisme qui pourrait être encore plus violent qu’il ne l’a jamais été. […] Cette attaque contre ces manifestants (car elle ne vise pas seulement juste une partie désignée) ne ferait que renforcer le cliché juif-argent… »

lionking: « Pôôôves tits choux ! Pas facile la vie de juif, n’est-ce pas ? La Juiverie internationale, quelqu’un connaît ? Que quelques individus profitent de ces manifestation de masse pour passer leurs messages, ben oui, faut s’attendre à ça. Pas de quoi s’énerver encore et brandir le fanion du Jewish-bashing. »

diji: « Combien de présidents seraient élus sans le financement des “juifs”? C’est eux qui contrôlent la finance. […] Il y aurait tout une enquête à faire là-dessus, sur la relation entre les juifs, la finance, le financement des élections américaines et les politiques. […] Alors, accuser les indignés de Wall Street d’antisémitisme, c’est presqu’un aveu de leur cupidité et de leur manipulation. »

Tous ces commentaires ont été faits dans un billet où l’on rejette les accusations d’antisémitisme portées contre le mouvement Occupy Wall Street.  En voulant se défendre, les gens n’ont réussi qu’à prouver qu’elles étaient justifiées.

On pourrait s’attendre à retrouver ce genre de commentaires antisémites sur un petit blogue anonyme, mais lire ces dégueulasseries sur un blogue d’un grand quotidien québécois a de quoi laisser songeur.  Surtout que tous les commentaires doivent être approuvés avant d’être publiés.

Je ne comprends pas que les Desmarais puissent tolérer des propos aussi odieux sur leur plate-forme. On a qualifié la radio de Québec de « poubelle » pour beaucoup moins que ça.