Les États-Unis, une terre de pauvres qui est peuplée par des gens qui ont été affamés par la récession…  Un discours souvent entendu du côté gauche…

Vraiment ?

Nutrition

Réflexion plus fondamentale…

Les « indignés » de Wall Street disent appartenir au 99% de la population qui est victime de la cupidité de 1% de la population…  Mais est-ce que ces gens réalisent que si on les compare au reste de la planète, ils appartiennent eux aussi au 1% ?  Les « indignés » ont-ils compris que l’on est toujours le 1% de quelqu’un d’autre ?

Ces gens, qui se disent si épris de justice sociale, accepteraient-ils de sacrifier leur richesse avec le reste de la planète ?  Mon petit doigt me dit que non, car la justice sociale semble être uniquement attrayante quand on est du côté de ceux qui reçoivent…

À l’échelle de la planète, c’est aux États-Unis que l’on retrouve la plus grande surface de terre arable, plus de 170 millions d’hectares.  Je doute que nos « indignés » soient favorables à l’idée de céder l’exploitation de ces terres au Bangladesh qui possède à peine 10 millions d’hectares de sol cultivable.

Ça me fait penser aux Québécois qui demandent à grands cris que l’on nationalise les sables bitumineux de l’Alberta pour avoir du pétrole à bas prix, mais qui n’accepteraient jamais que l’on nationalise l’hydro-électricité québécoise pour diminuer le prix de l’énergie en l’Ontario ou dans les Maritimes…

La grande conclusion: on n’améliore pas le sort des pauvres en coupant différemment la tarte, un exercice qui consiste à nourrir Pierre en affamant Paul, mais bien en augmentant la taille de la tarte i.e. avoir 0,5% de 10 000$ est préférable à avoir 50% de 10$.

Source:
Nomura
The coming surge in food prices