Antagoniste


11 octobre 2011

Arguing with Idiots: Pierre Fortin Arguing with Idiots Économie États-Unis

PropagandisteHier midi, sur les ondes de la radio de Radio-Canada, on a parlé des manifestations Occupy Wall Street (à partir de 38 minutes).  D’entrée de jeu, l’animateur nous dit que la discussion se fera entre une personnalité de gauche et une personnalité de droite.  Devinez qui était le représentant de la droite ? Nul autre que Pierre Fortin, un « full patch » socialiste, qui a débuté la discussion en disant qu’il était totalement d’accord avec l’opinion de la gauche !

Et en bon socialiste, Pierre Fortin n’a pu s’empêcher de dire des énormités.

Les causes de la crise

Premièrement, il affirme que ce sont les banques et la déréglementation qui sont les responsables de la récession, ce qui est totalement faux, lire la série de billets que j’ai déjà écrits à ce sujet.

Wall Street et la politique

Ensuite, Pierre Fortin affirme que Wall Street finance massivement le parti républicain.  Les faits: depuis 20 ans, Barack Obama est le candidat qui a reçu le plus d’argent de Wall Street, un grand total de 16,0 millions de dollars.  Son plus proche concurrent, George Bush, n’a reçu que 13,0 millions de dollars. Je vous signale en plus qu’Obama n’est président que depuis 3 ans seulement…

L’extrémisme du Tea Party

Pierre Fortin en profite aussi pour accuser le Tea Party d’être extrémiste.  Si défendre la vision économique de John F. Kennedy, un démocrate, est devenu de l’extrémiste, cela en dit long sur la dérive idéologique du professeur d’économie de l’UQAM.  Surtout que les deux derniers récipiendaires du prix Nobel d’économie donnent raison au Tea Party: le keynésianisme ne fonctionne pas !

L’argent du Tea Party

Pierre Fortin va encore plus loin quand il accuse le Tea Party d’être financé avec « des centaines et des centaines de millions de dollars » (pas des dizaines, mais bien des centaines) de Wall Street…  Une bien jolie légende urbaine typiquement gauchiste…  Si le Tea Party reçoit « des centaines et des centaines de millions de dollars », personne n’a été capable de trouver un seul manifestant qui a été payé.  Par contre, même si le mouvement Occupy Wall Street est encore très jeune, on a déjà trouvé des manifestants qui étaient payés (ici, ici & ici).

La « taxe Tobin »

Pour terminer, Pierre Fortin se dit favorable à une « taxe Tobin » (taxation des transactions financières).  C’est intéressant parce que la Suède a déjà mis en place une « taxe Tobin » en 1983.  Le résultat: un échec retentissant !  Cette taxe, qui a été abandonnée en 1991, a permis d’amasser seulement 7,7% des sommes attendues.  Pourquoi ?  Parce que 60% des capitaux des 11 titres les plus transigés sur la bourse de Stockholm ont fui vers Londres et Oslo.  De 1983 à 1990, c’est 50% des titres négociés sur les marchés suédois qui ont été relocalisés à Londres.  D’ailleurs, la bourse d’Oslo, qui était minuscule par rapport à celle de Stockholm avant l’implantation de la taxe, a fini par avaler cette dernière.

Tout un droitiste ce Pierre Fortin !


11 octobre 2011

Pas de récession pour les fonctionnaires Canada Économie En Chiffres Récession

Quand la récession frappe, un excellent moyen pour faire de l’argent (et profiter du malheur des autres) est de travailler pour la fonction publique…

Voici comment a évolué le PIB associé à l’ensemble de l’économie et aux administrations publiques depuis le début de la récession au Canada:

Pas de récession pour les fonfons

Alors que les travailleurs ordinaires, ceux qui produisent réellement quelque chose, ont dû se serrer la ceinture pour faire face à la récession, les fonctionnaires ont plutôt été parmi les privilégiés qui ont profité de la situation. Il va sans dire que ceux qui ont dû soutenir financièrement cette expansion de la fonction publique sont ceux-là mêmes qui ont dû se serrer la ceinture !

On me dira que cette croissance de la fonction publique n’est que temporaire, qu’elle découle des différents programmes de stimulation de l’économie.  Or, s’il y a une chose que l’on peut tenir pour acquise, c’est que lorsque le gouvernement commence à distribuer des bonbons, il devient impossible de cesser la distribution sans passer pour un sans coeur.  Conséquence, ce qui devrait être une mesure exceptionnelle temporaire devient rapidement un droit acquis permanent.

Source:
Statistique Canada
Tableau 379-0027


11 octobre 2011

Le Nobel d’économie à 2 anti-keynésiens Économie International Revue de presse

San Francisco Chronicle

NYU’s Sargent, Princeton’s Sims Win Nobel Prize in Economics
San Francisco Chronicle

New York University’s Thomas J. Sargent and Princeton University’s Christopher A. Sims shared the 2011 Nobel Prize in Economic Sciences for their work in sorting out cause from effect in the economy and policy.

« Although Sargent and Sims carried out their research independently, their contributions are complementary in several ways, » the academy said. « The laureates’ seminal work during the 1970s and 1980s has been adopted by both researchers and policy makers throughout the world. Today, the methods developed by Sargent and Sims are essential tools in macroeconomic analysis. »

Sargent’s work suggests that government stimulus programs such as those advocated by John Maynard Keynes have a limited effect on the economy because consumers and companies realize the measures will be temporary. That’s an argument that Republican lawmakers have used in opposing President Barack Obama’s proposals for spurring growth.

The award to Sargent « is very much a ‘non-Keynesian’ prize, » Tyler Cowen, professor of economics at George Mason University in Fairfax, Virginia, wrote on his blog.