Lame Stream Media

Le modus operandi des médias lors d’un Tea Party est toujours le même: parmi les milliers de gens réunis, on trouve le plus excentrique, on lui met un micro sous le nez et on écrit un article qui sous-entend que tous les participants à la manifestation sont du même acabit…

Avec cette recette, La Presse réussit à mettre en vedette une personne costumée en Benjamin Franklin pour nous dire que les Tea Party, c’est vraiment des gens dangereux.  Mais soyez sûr d’une chose, si un manifestant d’Occupy Wall Street décide de manifester en déféquant sur une voiture de police, comme ce fut le cas hier, Richard Hétu n’en parlera jamais.

Imaginez si lors d’un Tea Party s’étant déroulé à Washington, les manifestants avaient forcé la fermeture du musée de l’aérospatial et de l’aviation.  On aurait accusé ces gens d’être contre la science et d’avoir une haine primaire des institutions gouvernementales.  Pourtant, c’est exactement ce qu’on fait des gens associés à la manifestation Occupy Wall Street.  Peut-être voulaient-ils manifester leur colère parce que les États-Unis se sont posés sur la lune avant l’URSS… Chose certaine, Richard Hétu n’en parlera jamais.

Imaginez si lors d’un Tea Party, les manifestants avaient refusé qu’un politicien noir puisse prendre la parole, les accusations de racisme auraient fusé de toute part.  Pourtant, c’est exactement ce qu’on fait des gens associés à la manifestation Occupy Wall Street.  Par contre, puisque ça vient de la gauche, personne n’osera en parler.

Imaginez si lors d’un Tea Party, un manifestant avait accusé les juifs d’être responsables de la crise, l’indignation des médias aurait été, non sans raison, unanime.  Pourtant, c’est ce qu’a fait un manifestant participant à Occupy Wall Street.  Mais encore une fois, parions que nos braves journalistes vont plutôt préférer détourner le regard pour ne pas embarrasser un de leurs amis.

Et là je ne parle même pas des manifestants sur Wall Street qui ont attaqué des policiers, chose qu’on n’a jamais vu dans un Tea Party.

Si les médias avaient soumis les manifestants d’Occupy Wall Street aux mêmes standards d’analyse que les Tea Party, celle-ci aurait déjà pris fin.