Dans une entrevue donnée au Devoir, Jacques Duchesneau a dit quelque chose de très intéressant à propos sur les causes de la corruption qui gangrène le gouvernement:

Jacques Duchesneau

« Tout bouge aussi en fonction de comment le gouvernement s’organise pour donner des contrats. Quand on met un système en place, dès le lendemain, ils vont trouver des moyens avec des ingénieurs, des notaires, des avocats, des comptables pour contourner les mesures en place »

Autrement dit, tant et aussi longtemps que le gouvernement va intervenir dans l’économie, il y aura de la corruption. Quand l’État se charge de distribuer des milliards, il ne faut pas se surprendre de voir autant de corruption. Chacun est prêt à faire n’importe quoi pour avoir le droit de piger dans le proverbial plat de bonbons. Tant et aussi longtemps que le gouvernement du Québec aura à sa disposition des milliards de dollars pour intervenir dans l’économie, il y aura de la corruption !

Prenons les garderies. Plus tôt cette année on a appris que le Parti Libéral aurait distribué des permis de garderie et de places subventionnées à des gens ayant contribué à la caisse électorale du parti. Si le gouvernement n’avait pas étendu ses tentacules dans le réseau des services de garde et si le gouvernement avait décidé de ne pas réglementer les garderies avec des permis et des subventions, il n’y aurait jamais eu d’allégations de corruption. La possibilité de corruption est apparue uniquement quand le gouvernement a décidé d’intervenir. S’il n’y avait pas eu de permis ou de subventions, les cadeaux aux partis politiques pour obtenir des permis et des subventions n’auraient jamais été nécessaires !