Antagoniste


22 septembre 2011

Arguing with Idiots: Marie-France Bazzo Arguing with Idiots Économie Québec

PropagandisteCette semaine dans l’émission de Paul Arcand, Mario Dumont et Marie-France Bazzo ont débattu de la question des impôts aux États-Unis et de la guerre que Barack Obama entend livrer aux riches.

Il va de soi que Marie-France Bazzo nous a sorti son prêchi-prêcha gauchiste.  Un discours rempli de clichés, d’idées reçues et d’inexactitudes.   Ce débat est donc un excellent prétexte pour démolir quelques mythes économiques propagés par la gauche.

Premièrement, Marie-France Bazzo affirme que les riches paient moins d’impôt que la classe moyenne.  Or j’ai montré dans un billet publié plus tôt cette semaine que c’est faux.  Aux États-Unis, même quand on tient compte de toutes les échappatoires fiscales, le taux d’imposition des riches est presque 5 fois plus grand que celui de la classe moyenne. Depuis 2005, le 1% des Américains les plus riches verse autant d’argent au trésor américain que 95% de la population et l’on voudrait nous faire croire que les riches ne font pas leur part ?

Ensuite, une bonne partie de l’argumentaire de Marie-France Bazzo repose sur le fait que si la pauvreté et les inégalités augmentent, le crime va augmenter.  Encore une fois, c’est faux.  À titre d’exemple, on a appris cette semaine que pour l’année 2010, le taux de pauvreté aux États-Unis avait grimpé à son plus haut niveau à 30 ans.  La criminalité a-t-elle augmenté ?  Pas du tout ! Non seulement elle est en diminution constante depuis le début de la récession, mais en 2010 la chute a été spectaculaire; une baisse de 12% alors que la moyenne annuelle depuis 2001 est de -3%.

Et cet état de fait est aussi observable à l’extérieur des États-Unis. Les niveaux d’inégalités sociales dans les pays du printemps arabes étaient inférieurs au niveau observable sur l’ensemble de la planète. Des pays beaucoup plus inégalitaires (Chili, États-Unis, Singapour et Hong Kong pour n’en nommer que quelques-uns) n’ayant pas eu à composer avec un mouvement de révolte populaire, on peut douter de l’hypothèse voulant que les tensions sociales découlant des inégalités entre les riches et les pauvres soient la seule cause des manifestations.

Marie-France Bazzo critique aussi le mécénat parce que les riches ont la possibilité de décider à quels organismes ils donnent.  Un réflexe typiquement gauchiste, la gauche déteste quand les gens sont libres.  Assez paradoxal pour des gens qui se disent pro-choix… Quand un riche donne à un organisme, il a la possibilité de choisir de bons gestionnaires qui vont gérer honnêtement et efficacement l’argent reçu.  Si un organisme gaspille, le riche pourra retirer son don.  Avec le gouvernement, même quand il gaspille et qu’il est corrompu jusqu’à la moelle, il est impossible de ne pas donner.  En fait, c’est peut-être cette situation de monopole qui explique l’incompétence des gouvernements.  Contrairement aux organismes de charité qui compétitionnent les uns avec les autres, les gouvernements n’ont pas besoin de faire la démonstration de leurs compétences pour recevoir de l’argent.

Pour terminer, à la fin du débat Marie-France Bazzo fait valoir qu’elle est une capitaliste puisqu’elle veut s’enrichir avec son entreprise.  Corrigez-moi si je me trompe, mais l’entreprise de Marie-France Bazzo produit surtout des émissions pour des diffuseurs publics.  Marie-France Bazzo n’est pas une capitaliste, c’est une crony-capitaliste i.e. une capitaliste qui s’accroche aux mamelles de l’État.


22 septembre 2011

La racine de la corruption Économie Gauchistan Québec

Dans une entrevue donnée au Devoir, Jacques Duchesneau a dit quelque chose de très intéressant à propos sur les causes de la corruption qui gangrène le gouvernement:

Jacques Duchesneau

« Tout bouge aussi en fonction de comment le gouvernement s’organise pour donner des contrats. Quand on met un système en place, dès le lendemain, ils vont trouver des moyens avec des ingénieurs, des notaires, des avocats, des comptables pour contourner les mesures en place »

Autrement dit, tant et aussi longtemps que le gouvernement va intervenir dans l’économie, il y aura de la corruption. Quand l’État se charge de distribuer des milliards, il ne faut pas se surprendre de voir autant de corruption. Chacun est prêt à faire n’importe quoi pour avoir le droit de piger dans le proverbial plat de bonbons. Tant et aussi longtemps que le gouvernement du Québec aura à sa disposition des milliards de dollars pour intervenir dans l’économie, il y aura de la corruption !

Prenons les garderies. Plus tôt cette année on a appris que le Parti Libéral aurait distribué des permis de garderie et de places subventionnées à des gens ayant contribué à la caisse électorale du parti. Si le gouvernement n’avait pas étendu ses tentacules dans le réseau des services de garde et si le gouvernement avait décidé de ne pas réglementer les garderies avec des permis et des subventions, il n’y aurait jamais eu d’allégations de corruption. La possibilité de corruption est apparue uniquement quand le gouvernement a décidé d’intervenir. S’il n’y avait pas eu de permis ou de subventions, les cadeaux aux partis politiques pour obtenir des permis et des subventions n’auraient jamais été nécessaires !


22 septembre 2011

L’apartheid palestinien Israël Palestine Revue de presse Terrorisme

USA Today

PLO ambassador says Palestinian state should be free of Jews
USA Today

The Palestine Liberation Organization’s ambassador to the United States said Tuesday that any future Palestinian state it seeks with help from the United Nations and the United States should be free of Jews.

« After the experience of the last 44 years of military occupation and all the conflict and friction, I think it would be in the best interest of the two people to be separated, » Maen Areikat, the PLO ambassador, said during a meeting with reporters sponsored by The Christian Science Monitor. He was responding to a question about the rights of minorities in a Palestine of the future.

Israel has 1.3 million Muslims who are Israeli citizens. Jews have lived in « Judea and Samaria, » the biblical name for the West Bank, for thousands of years. Areikat said the PLO seeks a secular state, but that Palestinians need separation to work on their own national identity.

Israel has often complained of anti-Semitic views in Palestinian discourse. Palestinian media frequently publishes and broadcasts anti-Semitic sermons by Islamic religious leaders, while the Hamas-run Al-Aqsa TV shows programming for preschoolers that extolls hatred of Jews and suicide bombings, according to a 2009 State Department human rights report.

The PLO seeks a U.N. vote on Palestinian statehood when the U.N. General Assembly meets in New York City next week.