La semaine dernière les médias ont fait état du marasme qui frappe le secteur manufacturier au Québec.

Si plusieurs explications ont été données, je n’ai vu personne aborder la question sous l’angle des syndicats…  Voici donc l’évolution de l’emploi dans le secteur manufacturier depuis 1997 (année la plus ancienne pour laquelle des chiffres sont disponibles).

Syndicat Québec

Au Québec, depuis 1997, 66,3% des pertes d’emploi dans l’industrie manufacturière proviennent des entreprises syndiquées contre 33,7% pour les entreprises non syndiquées.  On est loin de la théorie de Barnard Landry selon laquelle les syndicats ont sauvé le Québec de la récession…

À l’échelle du Canada, depuis 1997, 264 300 emplois syndiqués ont été perdus dans le secteur manufacturier.  Du côté des entreprises non syndiquées, 2 600 emplois ont été créés.

Pour ceux que ça intéressent, voici le taux de syndicalisation dans l’industrie manufacturière:

Syndicat Québec

La situation en Ontario, qui a été frappé par une crise dans l’industrie de l’automobile, est particulièrement parlante.  De 1997 à 2010, 162 500 des emplois syndiqués ont été perdus (-52%) mais 5 800 emplois non syndiqués ont été créés.  Le taux de syndicalisation est passé de 34,5% à 19,8%.

Il est fini le temps où la gauche pouvait dire que les syndicats sont nécessaires pour protéger les emplois des travailleurs, ils ont tellement tiré sur l’élastique que les entreprises syndiquées doivent maintenant mettre des gens à la porte. Ma question pour les gauchistes: veut-il mieux ne pas avoir d’emploi du tout que d’avoir un emploi non syndiqué ?

Source:
Statistique Canada
Tableau 282-0078