Pourquoi a-t-on autant de corruption dans le domaine de la construction au Québec ? Tout simplement parce que le gouvernement dépense massivement dans des projets d’infrastructures publiques.  Les politiciens ont à leur disposition un plat de bonbons valant plusieurs milliards de dollars et les entrepreneurs font tout en leur pouvoir pour avoir leur part du butin…

Donc, si je vous dis que François Legault désire créer un fond de 5 milliards de dollars, à même la Caisse de dépôt,  qui sera destiné aux entreprises exploitant les ressources naturelles, ne risque-t-on pas de créer une nouvelle assiette de bonbons dans laquelle tout le monde voudra avoir un accès privilégié ?

C’est précisément ce qui a été observé lors de la récession.  Voici qu’elles ont été les conséquences de la mise en place des stimuli keynésiens sur le niveau de corruption:

Corruption
Plus l’indice est proche de 0, plus la corruption est importante

De 2001-2007, soit pendant 6 ans, la corruption a diminué de manière importante. Mais à partir de 2008, année durant laquelle les plans de relance ont débuté, la tendance s’est inversée, tous les gains ont été effacés et la corruption a augmenté de manière importante.

Si François Legault désire stimuler les entreprises, il existe un moyen beaucoup plus simple qui met le gouvernement à l’abri de la corruption: baisser les impôts et déréglementer.  De cette manière, au lieu d’avoir des politiciens et des fonctionnaires qui décideront des gagnants et des perdants, tout le monde pourra en profiter; il ne sera pas nécessaire d’avoir tissé des liens étroits avec un politicien ou un fonctionnaire de la Caisse de dépôt pour s’assurer de profiter de la manne.

François Legault s’inquiète aussi de voir que de nombreuses entreprises étrangères exploitent les ressources naturelles du Québec.  Pourtant en Alberta les sables bitumineux sont exploités par des entreprises américaines, britanniques, françaises, japonaises, chinoises, coréennes, néerlandaises et norvégiennes; cela n’a pas empêché l’Alberta de s’enrichir à vitesse grand « v », on pourrait même prétendre que ces dernières ont contribué de manière importante à l’enrichissement des Albertains.  Pour plus d’explications, je vous suggère de lire les billets suivants: Pauvreté & nationalisme économique; Arguing with Idiots: Sophie Cousineau