La PresseExemple #1: Imaginez un rallye politique du gouverneur Rick Perry.  Imaginez que Glenn Beck donne le discours d’ouverture, discours dans lequel il déclare: « Nous devons nous battre, c’est la guerre, nous devons éliminer ces enfants de chienne de syndicalistes ». Imaginez que dans le discours qui suit, Perry se dise fier de Glenn Beck.  Plus tard, les responsables de la campagne de Perry refusent de condamner les propos de Glenn Beck.

Exemple #2: Imaginez qu’un groupe décide de lancer un jeu vidéo ayant pour titre « progressive zombies must die » agrémenté de talking points politiques, dont le but serait de tuer des journalistes de CNN et de (P)MSNBC.  Imaginez que dans ce jeu, vous auriez aussi la possibilité de tuer des politiciens démocrates de haut rang…

Si l’un ou l’autre de ces exemples étaient vrais, nous aurions droit à une tempête médiatique sans précédent (j’imagine Normand Lester…). Ce serait la fin de la carrière de Rick Perry et de Glenn Beck et le GOP pourrait dire adieux à ses chances de gagner l’élection présidentielle de 2012.

Mais voyez-vous, ces deux exemples sont inspirés de faits vécus à quelques détails près.

Dans l’exemple #1, il faut remplacer Glenn Beck par Jimmy Hoffa (un syndicalleux), Rick Perry par Barack Obama et les responsables de campagne par le porte-parole de la Maison-Blanche.

Dans l’exemple #2, il faut remplacer le massacre de journalistes de CNN et (P)MSNBC par le massacre de journalistes de Fox News et les politiciens démocrates deviennent des politiciens républicains.  Le jeu à pour titre « tea party zombies must die ».

Mais n’ayez crainte, car les démocrates ne risquent rien.  Voyez-vous, quand les appels à la haine sont faits par des gauchistes, les journalistes ne considèrent pas la chose comme étant vraiment importante…

Voici comment a réagi Mike Huckabee, que l’on retrouve dans le jeu « tea party zombies must die »: « I’m personally flattered to be included in this young game-makers efforts to be funny, and I even support his First Amendment rights to produce things that are in poor taste or unseemly to rational people, but I do not support the hypocrisy of the left who scream at all offenses they can manufacture toward conservatives, but turn their backs on the same standards when applied to someone of their own political ilk. »