Antagoniste


6 septembre 2011

La raison au lieu des émotions… Économie En Vidéos

Une analyse du travail des enfants, des prix abusifs, de la revente de billets et du délit d’initié sur une base rationnelle plutôt qu’émotionnelle:


6 septembre 2011

L’étatisme, une industrie en faillite Économie États-Unis

La semaine dernière, la maison de sondage Gallup a publié une étude dans laquelle on a sondé le coeur des Américains pour connaître leurs opinions sur 25 secteurs clés de l’économie américaine.

Selon vous, quel est le secteur qui est vu le plus négativement par les Américains ?  Les banques ?  Les pharmaceutiques ? Les pétrolières ?

Du tout…  Voyez par vous-même qui se classe bon dernier:

Gallup Gouvernement

« In this present crisis, government is not the solution to our problem; government is the problem. » -Ronald Reagan, 1981


6 septembre 2011

La majorité silencieuse Économie Québec Revue de presse

24h

Les Québécois voudraient des syndicats plus transparents
24h Montréal

Les travailleurs québécois souhaitent que les centrales syndicales soient plus transparentes et qu’elles utilisent mieux leurs contributions financières, selon un sondage de l’association Infotravail.

Près de 95 % des travailleurs québécois interrogés estiment que les syndicats devraient être obligés de divulguer leur situation financière régulièrement. La même proportion de répondants souhaiteraient également avoir accès au bilan financier de leur syndicat, pendant un processus de syndicalisation.

De même, presque autant de répondants (82 %) sont opposés à ce que leur syndicat utilise leurs contributions syndicales pour financer des publicités négatives envers des partis politiques et 71 % désapprouvent l’idée que leurs contributions syndicales puissent servir à soutenir un groupe de pression qui n’a pas de liens avec leur secteur d’activité.

Occuper un poste syndiqué ne semble pas être un objectif à atteindre pour la plupart des travailleurs sondés, puisque 85 % des travailleurs non syndiqués ne sont pas intéressés à le devenir. Même chose, d’ailleurs, chez les répondants qui occupent un emploi syndiqué. Plus de la moitié (54,4 %) affirment qu’ils préféreraient ne pas être syndiqués s’ils en avaient le choix.