L’existence du modèle québécois est justifiée par la solidarité sociale.  Selon les gardiens de la révolution, le modèle Québécois existent pour donner aux pauvres un filet de sécurité social qui leur assurera un niveau de vie décent.

Au delà de ces bon sentiments, comparons la performance du sacro-saint modèle québécois aux autres provinces canadiennes et voyons si l’investissement a valu la peine:

Pauvres Québecois
N.B. 1976 année la plus ancienne disponible, 2009 année la plus récente disponible

Le bilan: un échec retentissant, si les intention sont louables, les résultats sont désastreux.  Non seulement en 2009 le Québec est l’une des provinces avec les pauvres les plus pauvres (13 500$), mais en plus, depuis 1976 le Québec est aussi l’une des provinces où le revenu des pauvres à le moins augmenté (+3,8%).

Ce n’est pas un hasard si les arguments de la gauche pour vendre le modèle québécois sont d’ordre émotionnels et non pas rationnel.

Source:
Statistique Canada
Tableau 202-0701