Antagoniste


8 juillet 2011

De la bien belle bullshit Coup de gueule Environnement Philosophie Québec

La PresseDans Le Devoir cette semaine, Louis-Gilles Francoeur a publié un article dans lequel il affirme que sur un horizon de 20-30 ans, les gaz de shale ont une empreinte carbone supérieure au charbon…  D’emblée de jeu, disons qu’il est toujours pratique de faire des prévisions aussi éloignées dans le temps; dans 20-30 ans personne ne se rappellera de cet article.   De plus, qui sait de quoi le monde sera fait dans 20-30 ans; en 1980, personne n’aurait pu imaginer quelque chose comme le iPhone.

M’enfin, là n’est pas l’essentiel de mon billet…  Ce qui m’accroche surtout c’est la provenance de cette étude.  Celle-ci a été produite par le Post Carbon Institue, un lobby qui milite pour « un monde équitable et durable ».  Dans son article, Louis-Gilles Francoeur prétend que l’étude en question est scientifique, rien de moins.  Pourtant, cette fameuse étude n’a jamais été publiée dans un journal scientifique soumis au peer-review.  Il ne s’agit que d’un document, aux références plutôt minces sans réelles explications de la méthodologie, produit par un lobby.

Qu’on se comprenne bien, je n’ai rien contre le fait que l’on parle d’études produites par des lobbies, ce qui importe ce n’est pas le messager, mais la rigueur du message.  Mais si les études de lobbies écologistes peuvent être cités dans les médias, et être qualifiées de scientifique, pourquoi les études des lobbies de sceptiques ne pourraient-elles pas profiter du même traitement ?

Encore pire, pourquoi, dans ces mêmes médias, on ne mentionne jamais l’existence de véritables articles scientifiques, soumis au peer-review, qui contestent la thèse du réchauffement climatique ? À mon sens, avant de parler du Post Carbon Institue, on devrait d’abord parler des véritables articles scientifiques, comme celles produites par Richard S. Lindzen, un sceptique, qui ont été publiés dans des journaux tels que le Bulletin of the American Meteorological Society ou le Geophysical research letters.

M’enfin, on connaît déjà la réponse à ces questions.  Louis-Gilles Francoeur se fiche de la science, ce qui importe c’est l’idéologie réchauffiste anti-capitaliste.  C’est un choix parfaitement acceptable, Louis-Gilles Francoeur a le droit d’écrire ce qu’il veut et de citer les études qu’il veut, à condition bien sûr de mentionner clairement qu’il n’est pas un intervenant objectif dans le débat et qu’il a un agenda bien précis.  Et par souci d’équité, les médias comme Le Devoir devraient aussi avoir des colomnistes qui ont une vision différente de celle de Louis-Gilles Francoeur.


8 juillet 2011

Payez bande de caves Coup de gueule Économie Environnement Gauchistan Québec

Politiciens Au TravailCette semaine, le gouvernement crypto-socialiste de Jean Charest a décidé d’assener un autre coup de poignard à l’économie québécoise en mettant en place un marché du carbone.

Voici comment le ministre de l’Environnement, Pierre Arcand, a justifié sa décision: « Le contribuable doit comprendre que pour les prochaines années, il y aura des efforts à faire. Nous essayons de ne pas être doctrinaires, d’être pragmatiques et prudents, mais il faut avancer. Est-ce que l’essence à bon marché, c’est quelque chose qui va exister dans le futur? Je ne le crois pas. »

Nous avons vraiment un gouvernement formidable.  Une journée il est choqué par les prix de l’essence et le lendemain on nous dit que l’essence n’est pas assez chère !  Et qu’importe si le Québec est déjà la province qui taxe le plus le carburant, on va traire une fois de plus les parias que sont devenus les automobilistes.

Mais les Québécois ne chialeront pas trop parce que c’est pour l’environnement.  Quand c’est pour sauver des ours polaires, les Québécois aiment bien descendre leur pantalon pour se faire sodomiser vigoureusement par leurs politiciens.  Et quand ce sera fini, ils en redemanderont, parce que les Québécois sont assez bonasses (des champions du monde) pour s’imaginer que les douleurs qu’ils s’infligent vont guérir la planète.

L’environnement n’est que prétexte bien commode que le gouvernement a trouvé pour nous taxer encore plus.  Tout comme l’ONU, les politiciens québécois doivent penser qu’il est possible de bien vivre avec un salaire de 10 000$/an.  Cette taxe sur le carbone sera sans doute utilisée tout aussi judicieusement que celle sur l’essence, qui a été créée à l’origine pour entretenir nos routes c.-à-d. elle va servir à engraisser le Léviathan qu’est devenu notre fonction publique.

Petit détail amusant pour terminer.  Voici les 2 manchettes produites par la presse canadienne suite à l’annonce de  Pierre « je veux votre bien pi j’vâ l’avouère » Arcand:

Nous vivons vraiment dans une province formidable !


8 juillet 2011

Les écologistes ont perdu la tête… Coup de gueule Économie Environnement Gauchistan International Revue de presse

The Daily Telegraph

UN reveals its master plan for destruction of global economy
The Daily Telegraph

Former US secretary to the United Nations John Bolton once famously said: “The [UN] Secretariat building in New York has 38 stories. If it lost ten stories it wouldn’t make a bit of difference.”

But I’d say Bolton was being too modest in his aspirations. Far too modest. I’d suggest that if we lost all 38 stories the benefits to mankind would be almost incalculable. Right now, indeed, it’s likely that the United Nations poses a far greater threat to Western Civilisation and the world’s economic future than Al Qaeda does. Have a glance at its latest report World Economic And Social Survey 2011 – and you’ll see what I mean.

The report argues that over the next 40 years our governments must spend an annual minimum of $1.9 trillion – that’s an eyewatering $76 trillion – steerin the global economy onto the path of “green growth.”

And if shaving off $1.9 trillion from the world economy each year (that’s 3 per cent of the world gross product in 2010) results in further economic stagnation and a lower standard of living for our children and grandchildren, well what the hell. As the report primly tells us, none of us actually needs to earn more than $10,000 a year.

Imaginez si Amir Khadir avait affirmé que les Québécois ne devraient pas avoir un revenu supérieur à 10 000$/an. Le pauvre se serait encore couvert de ridicules. Il devrait en être de même quand une telle absurdité est écrite dans un rapport de l’ONU.