TartisteAu Québec, un consensus largement répandu au sein de la colonie artistique veut que les ressources naturelles doivent être nationalisées.  Selon notre élite culturelle, il est inadmissible que le secteur privé puisse faire de l’argent avec quelque chose qui devrait appartenir à tous les Québécois.

Fort bien, mais pourquoi s’arrêter aux ressources naturelles ?  La culture est aussi un élément vital au bien-être de notre nation.  Alors, il est tout aussi inadmissible de voir des artistes faire de l’argent avec notre culture puisque celle-ci, tout comme les ressources naturelles, devrait appartenir à tous les Québécois.  Comment peut-on tolérer que la culture, un bien commun, soit la propriété d’une petite élite ?  Ne dit-on pas que la culture est l’âme d’un peuple ?  Comment peut-on tolérer de voir une petite minorité d’entrepreneurs privés s’enrichir en marchandant notre âme ?  La culture, cet oxygène qui nous a unis et qui a permis au fait français de respirer en terre d’Amérique, serait-elle moins importante que l’électricité produite par nos rivières ou le gaz sortant d’un puits ?

Donc, puisque la culture est un trésor national qui est essentiel à la survie et au bien-être de tous les Québécois, ce bien commun devrait être nationalisé.  Le gouvernement devrait immédiatement décréter que les artistes québécois n’ont plus le droit de protéger leurs oeuvres avec des droits d’auteur puisque celles-ci devraient être la propriété de tous les Québécois.  De plus, tous les profits réalisés par la vente d’oeuvres artistiques et de billets de spectacle devraient être redistribués à la collectivité.

Après tous, les artistes étant déjà subventionnés avec l’argent de nos taxes, il est normal que le fruit de leur travail nous appartienne.