CommunisteLe scénario du pire au lendemain de l’élection fédérale…

Le gouvernement Harper est minoritaire, Le NPD forme l’opposition officielle avec une centaine de sièges, le Bloc est décimé et le parti libéral sauve la mise avec une cinquantaine de sièges.

Le résultat ?

Il y a peu de chance de voir une coalition se créer si cette dernière, pour avoir une majorité, doit être composée de députés néo-démocrates, libéraux et bloquistes.  Les deux partis fédéraux savent qu’ils signeraient leur arrêt de mort s’ils venaient à s’allier avec des séparatistes.  Mais, dans l’hypothèse, de plus en plus réaliste, où le NPD écraserait le Bloc au Québec, il est possible d’envisager qu’une coalition regroupant seulement des députés du NPD et du PLC puisse avoir assez d’élus pour former une coalition majoritaire.  Puisque le NPD va sans doute battre le PLC, on se retrouverait donc avec Jack Layton comme premier ministre…

Quatre années de laytonomics… Quatre années sur le chemin de la servitude. Quatre années avec un politicien qui transformerait le Canada en République socialiste (le NPD est membre de l’International Socialiste).

Ironiquement, pour éviter qu’un tel cauchemar se réalise, on doit compter sur une bonne performance du Bloc (au détriment du NPD).  Si le Bloc a assez de députés, une coalition ne pourra se former sans sa participation et comme je l’ai déjà mentionné, une coalition impliquant Gilles Duceppe a peu de chance de voir le jour.

Je songe présentement à voter Bloc…  Un vote stratégique:  dans mon compté le parti conservateur n’a aucune chance d’être élu et le Bloc livre une chaude lutte au PLC et au NPD.

Le vote stratégique, l’ultime refuge des gens intoxiqués par le cynisme…