SocialismeContrairement aux États-Unis, le Québec a « la chance » de pouvoir être maintenu en vie artificiellement par l’argent que le fédéral envoie dans « la belle province » permettant ainsi, année après année, au gouvernement d’éviter de faire banqueroute.

Au Québec, on aime souvent faire comme si le Québec était un pays pour savoir quelle serait sa place sur l’échiquier planétaire.  Pour s’amuser, faisons l’exercice inverse, traitons les États-Unis comme une gigantesque province qui bénéficierait des largesses d’un gouvernement fédéral…

Au Québec, la population envoie l’équivalent de 5 373$/habitant en taxes et impôts et reçoit l’équivalent de 6 062$/habitant en péréquation et paiements de transfert de toute sorte pour un gain net de +689$/habitant. Avec ses 301 290 332 habitants, si les États-Unis étaient une province, les Américains recevraient donc un chèque de 207,9 milliards de dollars.

Avec ce chèque, les États-Unis pourraient financer la totalité des postes budgétaires suivants:

  • Department of State: 51,7 milliards de dollars
  • Department of Education: 46,7 milliards de dollars
  • Department of Homeland Security: 42,7 milliards de dollars
  • Department of Agriculture: 26,0 milliards de dollars
  • Department of Commerce: 13,8 milliards de dollars
  • Department of the Treasury: 13,3 milliards de dollars
  • Department of Labor: 13,3 milliards de dollars

Si les États-Unis décidaient d’utiliser ce chèque pour payer les intérêts sur leur dette, la chose ne devrait pas être un problème puisque seulement 164 milliards sur le chèque de 207,9 milliards de dollars seraient nécessaires.

Autres comparaisons intéressantes, avec cette manne les États-Unis pourraient se payer l’équivalent de:

  • une guerre en Irak (597 milliards de dollars constants) toutes les 2,9 ans ou encore…
  • un « New Deal » (500 milliards de dollars constants) tous les 2,4 ans ou encore…
  • un « projet Apollo » (237 milliards de dollars constants) tous les 1,1 ans ou encore…
  • un « Plan Marshall » (115,3 milliards de dollars constants) tous les 6 mois.

Pour terminer, si le Japon était à la place du Québec, cette « province » recevrait un chèque de 88 milliards de dollars.  On estime que suite au séisme et au tsunami, le coût de la reconstruction sera de 309 milliards de dollars.  Autrement dit, d’un point de vue économique, c’est comme si tous les 3,5 ans, le Québec était victime d’une catastrophe similaire à celle qui a frappé le Japon.