Antagoniste


21 avril 2011

La gauche simpliste Coup de gueule Gauchistan Québec

Clique Du PlateauLa Kamarade Marie-France Bazzo n’aime pas le Réseau Liberté-Québec ni Danielle Smith.

Imaginez, cet apparatchik a osé déclarer que le RLQ était un groupe de pression comparable aux groupes gauchistes.  Quand une personnalité médiatique n’est pas capable de comprendre que là où les groupes gauchistes revendiquent pour mettre la main sur l’argent de nos taxes, le RLQ revendique plutôt une diminution du rôle de l’État, on peut douter de la compétence de cette personne.

M’enfin…

En bonne gardienne de la révolution, elle n’a pas hésité à qualifier le discours de la cheffe du Wild Rose Alliance de simpliste parce que cette dernière a osé dire que le pétrole de l’Alberta contenait moins de sang que celui des pays arabes.  En quoi ce discours est-il simpliste ?  La Kamarade Bazzo n’a pas jugé bon fournir une explication.

Que ça plaise ou non à la clique du Plateau, nous avons besoin de pétrole.  Le pétrole vénézuélien contient de la censure, le pétrole saoudien contient des lapidations, le pétrole iranien contient de l’antisémitisme, le pétrole libyen contient de la dictature et le pétrole albertain contient…  de la liberté !

Mais qui est Marie-France Bazzo au juste pour accuser la brillante Danielle Smith de faire des raccourcis simplistes ?

Voici deux tweets faits par la Kamarade Bazzo lors du débat des chefs, dites-moi si c’est simpliste comme raisonnement…

Harper nous parle avec un ton doucereux, comme si on était des débiles légers qu’il voulait hypnotiser (source)

Harper a de plus en plus l’air et le discours d’un Pasteur sudiste. (source)

Les arguments ne volent pas très haut dans le champ gauche…  De quel droit ces gens osent nous faire la leçon.


21 avril 2011

La jungle et les libertariens Coup de gueule En Vidéos Philosophie Québec

Loi De La JungleSelon les illettrés politiques, ils sont légions au Québec, la pensée libertarienne se résume simplement: la loi de la jungle.

Mais qu’est-ce que la loi de la jungle ?  On fait sans doute référence à la loi du plus fort.  Dans une jungle, la propriété privée n’existe pas; si un animal veut un territoire, il peut se l’approprier par la force.  Dans une jungle, il n’y a pas non plus de libertés individuelles; si un animal veut imposer ses choix à une meute, il peut utiliser la coercition.  Dans une jungle, le respect de la vie est un concept inconnu; si un animal veut se nourrir, il peut tuer.

Et le libertarianisme dans tout ça ?  N’en déplaise aux analphabètes politiques de la gauche, la philosophie libertarienne est l’antithèse de la « loi de la jungle ».  Le principe de non-agression est la pierre angulaire de la pensée libertarienne, ce qui fait du principe de coopération volontaire son corollaire immédiat.  Il va de soi que dans une jungle, les principes de non-agressions et de coopérations volontaires ne peuvent exister.  En fait, si une personne est libertarienne c’est précisément parce que le barbarisme associé à la « loi de la jungle » la rebute.

Si l’on veut trouver un régime politique émulant la loi de la jungle, c’est du côté de l’étatisme, si cher à la gauche, qu’il faut se tourner.  Dans un régime étatique, comme le socialisme, c’est le gouvernement qui détient le monopole absolu de la force et l’on peut parler de la loi du plus fort seulement lorsque la force fait l’objet d’un tel monopole.

Dans un régime étatique, la propriété privée n’existe pas; si un gouvernement veut un territoire, il peut se l’approprier par expropriation.  Dans un régime étatique, il n’y a pas non plus de libertés individuelles; si un gouvernement veut imposer ses choix à ses citoyens, il peut utiliser la coercition.  Dans un régime étatique, le respect de la vie est un concept inconnu; si un gouvernement veut punir, il peut tuer.

La gauche, c’est la véritable loi de la jungle:

La prochaine fois qu’un gauchiste décrira le libertarianisme comme étant la « loi de la jungle », vous saurez quoi répondre.


21 avril 2011

Succès libertarien Économie États-Unis Philosophie Revue de presse

Chicago Sun-Times

Box-office power of Ayn Rand’s ‘Atlas Shrugged’ baffles insiders
Chicago Sun-Times

The power of Ayn Rand devotees has impressed some Hollywood distribution executives, who took note of the hefty $5,640 per-theater average scored by “Atlas Shrugged: Part 1” during its opening weekend.

“Shocking,” one executive said about the healthy business the low-budget film has been doing, considering its “awful” marketing plan.

Awful or not, business has been brisk enough for producers Harmon Kaslow and John Aglialoro to expand from 299 theaters to 425 this weekend and to 1,000 by the end of the month. They don’t have enough film prints to fill all the orders. The producers stand by their marketing campaign, which relied heavily on the Internet to drum up support among members of the Tea Party, libertarians and other Rand enthusiasts. “Now, we can pretty much go into as many theaters as we want. It’s just a matter of logistics,” Kaslow said.

“People are hungry for what these characters are saying,” he said. “They’re telling the government, ‘Don’t entitle me with your gifts and your involvement in my life, because there’s a price I’ll pay for that. Just leave me alone. Let me hang onto my life and pursue my passions and rational self-interest. That’s what will benefit society.’ ”