Il y a deux semaines, Claude Béland, un communiste en culotte courte et un membre en règle du mouvement nationalo-socialiste Maîtres chez nous 21e siècle (qui s’est associé à Bernard Landry), a affirmé que le Québec devait nationaliser l’ensemble des énergies fossiles au Québec.

Le Canada s’est déjà aventuré sur le chemin de la nationalisation du pétrole avec la création de Pétro-Canada au début des années 70.  En 1973, un projet de loi permettant la nationalisation a été introduit aux Communes et en 1975 Pétro-Canada fut fondé.  En 1990, le processus de re-privatisation de Pétro-Canada a été mis en branle.

Voici le résultat:

Pétro-Canada

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Avant la nationalisation l’industrie pétrolière était en pleine expansion. Pendant la période de nationalisation, la production a diminué sous les niveaux de 1973 et finalement, lorsque l’industrie a été re-privatisée, la production a connu une longue phase d’expansion.

Et pour ceux qui pensent que cette expansion est imputable à l’exploitation de sable bitumineux, sachez que leur extraction à grande échelle n’a débuté qu’en 2003.  D’ailleurs, si l’industrie pétrolière était restée sous le contrôle de l’État, on peut présumer que les capitaux nécessaires au développement des sables bitumineux n’auraient jamais été disponibles.  C’est le cas du Venezuela qui possède des réserves de sables bitumineux comparables au Canada, mais qui est incapable de les exploiter faute de moyens techniques et financiers.

Source:
BP Energy
Energy charting tool