Au Québec, il suffit qu’un ultra-gauchiste à l’accent français se pointe pour que les médias lui offrent une tribune sur laquelle il pourra débiter ses inepties.

Ce fut le cas il y a deux semaines quand le Politburo de Télé-Québec a cru qu’il était pertinent d’entendre les délires d’Éric Laurent à propos de la mondialisation.

La thèse d’Éric le rouge est assez simpliste: la mondialisation appauvrit les économies développées parce que des emplois sont délocalisés dans les pays en voie de développement.

Analysons les faits en regardant tout d’abord comment le PIB mondial s’est réparti depuis le début des années 80:

Mondialisation

Comme on peut le voir, le processus de mondialisation qui a débuté au début des années 90 avec la création de l’OMC a permis une distribution beaucoup plus équitable de la richesse entre les pays pauvres et les pays riches.  Cette redistribution a été accompagnée d’une augmentation substantielle du niveau de vie dans les pays en voie de développement, notamment en Inde et en Chine (voir plus bas).

Quand la gauche s’oppose à la mondialisation, on ne peut que constater l’inhumanité qui caractérise ce mouvement politique.  Pour des raisons purement idéologiques, les tiers-mondistes préfèrent que les pays riches s’enrichissent et que les pays pauvres appauvrissent, car selon cette idéologie réactionnaire, la pauvreté par le socialisme est un sort plus enviable que l’enrichissement par le capitalisme.

Mais le graphique présenté ci-haut ne confirme-t-il pas la théorie d’Éric Laurent voulant que la mondialisation ait appauvri les pays développés ?

Absolument pas puisque l’économie n’est pas un zero-sum game où les gains d’un joueur se fait nécessairement au détriment d’un autre joueur.  Pour preuve, voici comment a évolué le PIB par habitant depuis le début des années 80:

Mondialisation

Si l’économie était un zero-sum game, l’enrichissement des économies en voie de développement se serait faite aux dépens des pays riches, or ce n’est pas ce qu’on peut observer puisque tout le monde s’est enrichi depuis la mise en place du processus de mondialisation.

Les gauchistes s’imaginent que l’économie est une tarte et que si une personne reçoit un gros morceau une autre devra obligatoirement en recevoir un plus petit.  Ce que les gauchistes oublient c’est que le capitalisme augmente la taille de la tarte ce qui fait que tout le monde y gagne.  Il vaut mieux recevoir 20% de 10 000% que 50% de 100$.

Voici un autre exemple qui illustre l’irrationalité des tiers-mondistes: le iPod qui est fabriqué en Chine. Chaque iPod importé aux États-Unis ajoute 150$ au déficit commercial américain. Par contre, chaque iPod vendu aux États-Unis injecte 162$ dans l’économie américaine.  L’achat d’un iPod dont la fabrication a été délocalisée en Chine ne cause pas un déficit de 150$, mais un gain de 12$ pour l’économie américaine.

Pour terminer, Éric Laurent affirme aussi que la mondialisation a été caractérisée par un recul de la démocratie…  Encore une fois il s’agit d’une légende urbaine typique de la gauche:

Mondialisation

Et c’est sans compter que la mondialisation a permis une réduction des conflits entre États.

Pour terminer, soulignons simplement qu’Éric Laurent, ce prétendu grand reporter, en plus d’être un illettré économique est aussi un… truther ! Voilà qui est révélateur du professionnalisme dans nos médias…   Et après nos médias osent faire la leçon à des gens comme Maxime Bernier…

Somme toute, l’entrevue de Marie-France Bazzo avec Éric Laurent est un bon exemple de dindification.

Sources:
International Monetary Fund
World Economic Outlook Database, October 2010

Source:
Human Security Report Project
Human Security Report 2009/2010

Mondialisation

Mondialisation

Sources:
McKinsey Global Institute
From ‘Made in China’ to ‘Sold in China’ : The Rise of the Chinese Urban Consumer

The ‘Bird of Gold’: The Rise of India’s Consumer Market