Loi 101De tous les politiciens québécois, Maxime Bernier est sans conteste le plus courageux.  Un peu comme Chris Christie, Maxime Bernier n’a pas peur de donner des coups de pied dans la fourmilière et de dire des choses que les gens ne veulent pas entendre…  Cette fois-ci, Maxime Bernier a été reconnu coupable d’avoir osé critiquer la loi 101, un crime de lèse-majesté au Québec.

Nos médias étant trop sclérosés et malhonnêtes pour débattre sur le « champ de bataille des idées », ils ont plutôt préféré répondre au député beauceron avec une longue litanie d’insultes. Voilà qui en dit long sur leur maturité intellectuelle.

Mais au lieu de jouer aux vierges offensées, nos médias devraient plutôt méditer la question suivante…

Si la survie du français au Québec dépend des actions coercitives d’une bande de gratte-papier, et non pas de la fierté que les gens éprouvent pour leur langue, cela ne revient-il pas à dire que le français est déjà mort au Québec ?