Antagoniste


26 janvier 2011

Insoutenable Économie États-Unis Récession

Insoutenable

Dans son discours sur l’état de l’Union, le président Obama a annoncé des coupures budgétaires de 400 milliards de dollars d’ici les 5 prochaines années, ce qui représente des économies de 219 millions de dollars par jour (sur 5 ans).

À titre indicatif, pour l’année 2010 seulement, les États-Unis ont payé 413 milliards de dollars en frais d’intérêt sur la dette, ce qui représente une dépense de 1 131 millions de dollars par jours. De plus, je vous rappelle que les États-Unis profitent actuellement de taux d’intérêt qui sont à un niveau historiquement bas.


26 janvier 2011

L’égalité dans la misère Économie En Chiffres États-Unis International

Les écarts de richesses figurent sans contredit parmi les enjeux les plus importants pour les gauchistes qui ont fait de l’égalitarisme une vertu. À entendre les gauchistes, plus une société est égalitaire, plus il y fait bon y vivre.

L’indice de GINI est un outil statistique qui permet d’évaluer les écarts de richesses dans un pays. L’indice de GINI varie entre 0 et 1, où 0 signifie l’égalité parfaite et 1 signifie l’inégalité totale. Par exemple, prenons un pays de 10 personnes avec un revenu total de 100$. Si une personne gagne 100$ et que les 9 autres gagnent 0$, l’indice de GINI sera de 1. À l’opposé, si les 10 individus ont un salaire égale de 10$, l’indice de GINI sera de 0.

Donc, selon le dogme de la gauche, plus l’indice GINI d’un pays est petit, meilleure est la qualité de vie.

Vraiment ?

Égalitarisme

Si je vous donnais la possibilité de vivre dans l’un des 5 pays qui figurent dans le tableau ci-haut, quel serait votre choix ?

Comme quoi la recherche de l’égalité absolue n’est pas nécessairement une vertu.

« The only thing socialism has ever really done for poor people is give them lots of company. »
-Lawrence W. Reed

Source:
CIA Factbook
The World Factbook


26 janvier 2011

Et la lumière fut ! Environnement International Revue de presse

National Post

Has the IPCC discovered the Sun?
National Post

The IPCC for the first time will investigate “in depth” the role of global cosmic rays in climate change, according to a report last week in the Hindustan Times. Many solar and space scientists believe that cosmic rays, whose ability to enter Earth’s atmosphere is regulated by the Sun, are a dominant factor in global warming.

The turnaround in the IPCC position was announced by the chairman of the IPCC, Rajendra Pachauri, in a communication with India’s Environment Minister, Jairam Ramesh. The announcement followed the release of a paper by U R Rao, the former chairman of Indian Space Research Organization, that showed cosmic rays alone were responsible for 40% of global warming. These findings by one of Pachauri’s most distinguished countrymen, rebutted IPCC claims that carbon dioxide and other man-made causes were responsible for more than 90% of global warming. Ramesh, who commissioned Rao’s paper, in 2009 had also released a report rebutting the IPCC’s claims that Himalayan glaciers would melt by 2035. The IPCC subsequently retracted its claims in an embarrassment now known as “Glaciergate.”

Until now, the IPCC has argued that the Sun is all-but-irrelevant to global warming, consistent with the IPCC’s very mandate, which dismisses the Sun as a major factor worthy of investigation. Ramesh is hopeful that Pauchari and the IPCC will now open their minds to dissenting scientists. “There is a groupthink in climate science today,” the minister explained. “Anyone who raises alternative climate theories is immediately branded as a climate atheist in an atmosphere of climate evangelists.”

The Danish National Space Center has pioneered the theory that cosmic rays, by seeding clouds, regulate Earth’s climate.