Utilisant comme prétexte la fusillade de Tucson, les gauchistes ont tout fait en leur pouvoir pour accuser la droite de tenir un discours haineux qui avait incité le tueur à passer à l’acte. On sait maintenant que cette accusation était complètement farfelue.

Par contre, si l’on veut toujours parler de la prévalence des discours haineux dans les médias, c’est dans le champ gauche qu’on devrait porter notre attention:

Selon un sondage de l’université Quinnipiac diffusé cette semaine, une pluralité d’Américains considère que les discours violents viennent de la gauche.