Antagoniste


6 janvier 2011

Quand la gauche se contredit Canada Économie En Chiffres Gauchistan Récession

Hier, j’ai publié un billet à propos d’une étude du Centre Canadien de Politiques Alternatives, un groupe de recherche socialiste.

Dans cette étude on montre que les cents PDG les mieux payés du Canada ont eu un revenu 155 fois plus élevé que le salaire moyen des Canadiens pour l’année 2009.  Cette étude a pour titre: RECESSION-PROOF Canada’s 100 best paid CEOs, ce qui sous-entend que les PGD canadiens ont été à l’abri de la récession.

Vraiment ?

Ce qui est bien avec le Centre Canadien de Politiques Alternatives, c’est qu’une étude de ce type a aussi été publiée pour l’année 2007, ce qui permet de mesurer l’évolution des salaires avant et après la récession.  Voici ce qu’on obtient:

Récession CEO
N.B.: Tous les montants sont exprimés en dollars constants

La récession n’a eu aucun impact négatif sur les travailleurs, leurs salaires ayant légèrement augmenté.  Par contre du côté des PDG, la récession s’est fait durement sentir avec une baisse importante du salaire.  Notez que le différentiel a aussi été revu à la baisse.

Donc, en utilisant les données du Centre Canadien de Politiques Alternatives, on se rend compte que ce ne sont pas les PDG qui sont recession-proof, mais les travailleurs.  Côté salaire, ce sont les PDG qui ont fait les frais de la récession.

H/T: Apprenant

Sources:
Canadian Centre for Policy Alternatives
BANNER YEAR FOR CANADA’S CEOs Record High Pay Increase (2007)
RECESSION-PROOF Canada’s 100 best paid CEOs (2009)


6 janvier 2011

Autorégulation 1, Écologiste 0 Canada Économie En Chiffres Environnement

Tout juste avant la période des fêtes, la Société royale du Canada a publié un rapport sur l’industrie des sables bitumineux qui est passé inaperçu dans les médias québécois, probablement parce que les conclusions contredisaient les prétentions de nos lobbies écolo-catastrophistes.

Voici comment performe l’industrie des sables bitumineux au niveau de la pollution atmosphérique:

Sables Bitumineux

Pour devenir l’industrie émettant le plus de polluants atmosphériques, la production de sables bitumineux devrait être multipliée par 5.

Pour ce qui est de la pollution de la rivière Athabasca:

Sables Bitumineux

Toutes les données recueillies par les chercheurs indiquent que l’exploitation des sables bitumineux ne menace pas la viabilité de l’écosystème aquatique.  De plus, les prélèvements d’eau réalisés dans la rivière Athabasca pour extraire le pétrole des sables bitumineux ne menacent pas le niveau de cette dernière.

L’étude conclut aussi qu’il n’existe aucune preuve démontrant que les rejets de polluants par l’industrie des sables bitumineux peuvent entraîner une augmentation des cas de cancers.

Et pour les gens à l’imagination fertile qui s’inquiètent du réchauffement climatique, sachez que depuis 1990 la quantité de gaz à effet de serre émise pour produire un baril de pétrole a été réduite de 39%.  De plus, l’extraction de pétrole à partir des sables bitumineux ne représente que 5,2% des émissions totales de gaz à effet de serre au Canada.  Les auteurs concluent aussi que la hausse des émissions de gaz à effet de serre observée au Canada n’est pas majoritairement attribuable à l’exploitation des sables bitumineux.

Autre fait intéressant, les auteurs de l’étude relèvent que s’il a fallu couper 602 km2 de forêt pour développer les sables bitumineux, le projet hydro-électrique de la Baie-James a pour sa part détruit une surface de 9 715 km2.

Mais l’une des conclusions les plus intéressantes de l’étude est à l’effet que ce secteur d’activité serait actuellement sous-réglementé.  Donc, même avec une réglementation que l’on dit insuffisante et laxiste, l’exploitation des sables bitumineux n’est pas le cauchemar décrit par les écolo-catastophistes !  Autre preuve que l’autorégulation n’est pas uniquement un concept théorique !

Source:
Société royale du Canada
Les impacts sur l’environnement et la santé de l’industrie des sables bitumineux du Canada


6 janvier 2011

Gold Standard Économie États-Unis Revue de presse

The Salt Lake Tribune

Legislation proposes Utah adopt a gold-based system
The Salt Lake Tribune

Imagine paying your next parking ticket in gold Krugerrands or renewing your driver license using American Gold Eagles. A proposal in the Utah Legislature would require the state to allow just that, requiring government agencies to accept gold for transactions, and creating a parallel monetary policy for intrastate commerce tied to the price of gold.

Under the legislation that has been drafted, Utah residents could mint their own gold or silver coins, a storehouse would be created to stockpile the precious metal and the Utah Defense Force, an arcane state militia that may be called and armed by the governor, would be responsible for securing the inventories.

“I think it has merit,” said Rep. John Dougall, R-Highland, who had the proposal brought to him by a constituent and committed to opening a bill file. Another representative will probably end up sponsoring the legislation. “Fundamentally, what it comes down to is people’s concern about the fundamentally reckless policies at the federal reserve and what it does long-term to the financial standing of the country and giving folks another choice of monetary tools for their financial transactions,” Dougall said.

The concern is that the large U.S. debt and policies designed to increase liquidity by putting more dollars in the market have devalued the national currency. “It’s really about creating an option,” said Larry Hilton, an attorney and insurance salesman who authored the “Utah Sound Money Act” and took it to Dougall. If the dollar falters, he said, it would be beneficial to the state to have an alternative.