Antagoniste


15 décembre 2010

Faire payer les riches Économie En Chiffres États-Unis Hétu Watch

Richesse États-UnisEn 2001, Bush a fait passer le taux d’imposition des plus riches de 39.6% à 35%.  Quelles ont été les conséquences fiscales de cette mesure ?

En 2000, époque où Bill Clinton était président, 2,1% des Américains gagnaient plus de 200 000$ par année et ils ont payé 48,5% des impôts totaux perçus par le gouvernement.

En 2008, époque où George Bush était président, 3,1% des Américains gagnaient plus de 200 000$ par année et ils ont payé 52,0% des impôts totaux perçus par le gouvernement.

La conclusion est claire: trop d’impôt tue l’impôt. En réduisant le niveau de taxation des plus riches, on cesse de pénaliser leur travail. N’étant plus punis, ces derniers peuvent augmenter leurs revenus de telle sorte que, malgré la diminution du taux d’imposition, ces derniers contribuent dans une plus large mesure à l’assiette fiscale.

Un calcul bien simple qui donne beaucoup de fil à retordre à Richard Hétu

IRS
SOI Tax Stats – Individual Statistical Tables by Size of Adjusted Gross Income


15 décembre 2010

Bilan 2010 de l’actualité Canada En Chiffres International Québec

Quelques chiffres tirés du bilan annuel de l’actualité 2010 d’Influence Communication.

Les nouvelles qui ont été le plus médiatisées au Québec en 2010:

Actualité Québec

Influence Communication collige des données sur les médias depuis sa fondation en 2001. Jamais le sport n’a été aussi omniprésent qu’en 2010.  77 % du sport a porté sur le Canadien de Montréal.  Jamais notre presse n’avait cédé autant de place au tricolore en 10 ans.  Avec 15 % de l’ensemble de l’espace médiatique, le Canadien a obtenu un poids de 40 % supérieur à 2008, précédente année record.  Les arts et spectacles ont d’ailleurs chuté de 6 % cette année et de 63 % en cinq ans.

Le bilan pour le Canada:

Actualité Canada

Le bilan à l’échelle de la planète:

Actualité Internationale

Voici comment se compare le travail des médias au Québec, au Canada et à l’international:

Actualité Média

Les personnalités les plus médiatisés au Québec en 2010:

Actualité Québec

Les oubliés:

  • Pauline Marois: 12e
  • Michael Ignatieff: 19e
  • Gilles Duceppe: 28e

Les personnalités les plus médiatisés au Canada en 2010:

  1. Stephen Harper: 5,48 %
  2. Barack Obama: 3,18 %
  3. Tiger Woods: 2,23 %
  4. Sidney Crosby: 1,95 %
  5. Michael Ignatieff: 1,79 %
  6. Dalton McGuinty: 1,43 %
  7. Roberto Luongo: 1,16 %
  8. Gordon Campbell: 1,10 %
  9. Jim Flaherty: 1,05 %
  10. Brian Burke: 1,00 %

Les personnalités les plus médiatisés dans le monde en 2010:

  1. Barack Obama: 5,98 %
  2. Nicolas Sarkozy: 1,77 %
  3. Angela Merkel: 1,57 %
  4. David Cameron: 1,41 %
  5. José Luis Rodríguez Zapatero: 1,17 %
  6. Hillary Clinton: 1,13 %
  7. Gordon Brown: 1,11 %
  8. Silvio Berlusconi: 1,00 %
  9. Tiger Woods: 0,98 %
  10. Benoît XVI: 0,83 %

Stephen Harper se classe 15e (18e place en 2009)

Source:
Influence Communication
État de la nouvelle: bilan 2010


15 décembre 2010

Retour vers le futur Économie Europe Revue de presse

The Guardian

Britain ‘more Thatcherite now than in the 80s’ says survey
The Guardian

Britain is now more Thatcherite than when Margaret Thatcher was in power, with people much less supportive of the welfare state and the redistribution of wealth than in the 1980s, according to an authoritative study of the country’s mood.

Sympathy towards benefit claimants has evaporated, along with support for redistributive tax and spend policies, over the past 20 years, with Labour governing during a period of significant hardening of attitudes towards the poor, the annual results of the British Social Attitudes survey reveal.

It finds that the public is now less sympathetic towards benefit claimants than at the end of the Thatcher era. In 1991, 58% thought the government should spend more on benefits. By 2009 that had more than halved to 27%. Just over half (51%) backed policies to redistribute income from rich to poor in 1989, compared with 36% now.

It is twenty years since Margaret Thatcher left office, but public opinion is far closer now to many of her core beliefs than it was then. Our findings show that attitudes have hardened over the last two decade, and are more in favour of cutting benefits and against taxing the better off disproportionately.