Une perle de stupidité dénichée par Martin Masse du Québécois Libre dans La Presse:

La Presse
Irlande: les créanciers des banques à contribution?

Le journaliste Fintan O’Toole, auteur d’un livre de référence sur l’effondrement de l’économie irlandaise, pense qu’il est «insensé» sur le plan économique pour l’État de continuer à injecter de l’argent dans les banques. Et «moralement obscène» de demander à la population de payer la note en se serrant la ceinture.

Pendant des années, dit-il, le gouvernement irlandais a fonctionné main dans la main avec les banques et un groupe restreint de promoteurs qui se sont concertés pour alimenter une bulle immobilière monstre vouée à l’éclatement.

Le tout dans un contexte de dérégulation totale inspirée d’une philosophie de libéralisme économique qui montre aujourd’hui ses limites, ironise M. O’Toole.

Tout d’abord, on nous raconte que si ça va mal en Irlande, c’est à cause de l’intervention de l’État i.e. le gouvernement qui a fonctionné main dans la main avec les banques et un groupe restreint de promoteurs pour alimenter une bulle immobilière.

Et dans le paragraphe suivant, on nous dit que si ça va mal en Irlande c’est à cause de la non-intervention de l’État i.e. le libéralisme économique.

Note aux illettrés économiques qui polluent les médias avec leur propagande: si l’économie irlandaise avait été véritablement libéralisée, le gouvernement n’aurait pas pu fonctionner main dans la main avec les banques et un groupe restreint de promoteurs pour créer une bulle immobilière.  Le problème de l’Irlande ce n’était pas le libéralisme économique, mais plutôt le crony-capitalism.

Penser qu’un interventionnisme économique plus musclé de la part des politiciens, qui ont fonctionné main dans la main avec les banques et un groupe restreint de promoteurs qui se sont concertés pour alimenter une bulle immobilière, aurait pu éviter la création d’une bulle immobilière relève carrément de la stupidité et/ou de l’aveuglement idéologique.

À lire aussi: l’explication de Martin Masse sur la situation en Irlande