Antagoniste


28 novembre 2010

Sur le bord de l’âbime Économie En Chiffres En Vidéos États-Unis International Récession

Situation budgétaire dans les principales économies de la planète:

Récession Déficit

Dans le haut du classement, on peut constater que les États-Unis se retrouvent en très charmantes compagnies…

Politique fiction ?

The Day the Dollar Died

Sources:
International Monetary Fund
World Economic Outlook Database, October 2010


28 novembre 2010

Bêtise médiatique Économie Europe Gauchistan Québec Récession

Une perle de stupidité dénichée par Martin Masse du Québécois Libre dans La Presse:

La Presse
Irlande: les créanciers des banques à contribution?

Le journaliste Fintan O’Toole, auteur d’un livre de référence sur l’effondrement de l’économie irlandaise, pense qu’il est «insensé» sur le plan économique pour l’État de continuer à injecter de l’argent dans les banques. Et «moralement obscène» de demander à la population de payer la note en se serrant la ceinture.

Pendant des années, dit-il, le gouvernement irlandais a fonctionné main dans la main avec les banques et un groupe restreint de promoteurs qui se sont concertés pour alimenter une bulle immobilière monstre vouée à l’éclatement.

Le tout dans un contexte de dérégulation totale inspirée d’une philosophie de libéralisme économique qui montre aujourd’hui ses limites, ironise M. O’Toole.

Tout d’abord, on nous raconte que si ça va mal en Irlande, c’est à cause de l’intervention de l’État i.e. le gouvernement qui a fonctionné main dans la main avec les banques et un groupe restreint de promoteurs pour alimenter une bulle immobilière.

Et dans le paragraphe suivant, on nous dit que si ça va mal en Irlande c’est à cause de la non-intervention de l’État i.e. le libéralisme économique.

Note aux illettrés économiques qui polluent les médias avec leur propagande: si l’économie irlandaise avait été véritablement libéralisée, le gouvernement n’aurait pas pu fonctionner main dans la main avec les banques et un groupe restreint de promoteurs pour créer une bulle immobilière.  Le problème de l’Irlande ce n’était pas le libéralisme économique, mais plutôt le crony-capitalism.

Penser qu’un interventionnisme économique plus musclé de la part des politiciens, qui ont fonctionné main dans la main avec les banques et un groupe restreint de promoteurs qui se sont concertés pour alimenter une bulle immobilière, aurait pu éviter la création d’une bulle immobilière relève carrément de la stupidité et/ou de l’aveuglement idéologique.

À lire aussi: l’explication de Martin Masse sur la situation en Irlande


28 novembre 2010

Contagion Économie Europe Récession Revue de presse

The Daily Telegraph

EU rescue costs start to threaten Germany itself
The Daily Telegraph

Credit default swaps (CDS) measuring risk on German, French and Dutch bonds have surged over recent days, rising significantly above the levels of non-EMU states in Scandinavia.

« Germany cannot keep paying for bail-outs without going bankrupt itself, » said Professor Wilhelm Hankel, of Frankfurt University. « This is frightening people. You cannot find a bank safe deposit box in Germany because every single one has already been taken and stuffed with gold and silver. It is like an underground Switzerland within our borders. People have terrible memories of 1948 and 1923 when they lost their savings. »

The refrain was picked up this week by German finance minister Wolfgang Schäuble. « We’re not swimming in money, we’re drowning in debts, » he told the Bundestag.

While Germany’s public and private debt is not extreme, it is very high for a country on the cusp of an acute ageing crisis. Adjusted for demographics, Germany is already one of the most indebted nations in the world.

Those at the coal-face of the bond markets are certain Portugal will need a rescue. Spain is in danger as yields on 10-year bonds punch to a post-EMU record of 5.2pc.