Antagoniste


8 novembre 2010

L’Alliance Sociale(iste) Économie En Vidéos Gauchistan Québec

Socialisme

Les gauchistes ont peur…

Ils ont tellement peur que les ayatollahs des gardiens de la Révolution tranquille (i.e. les  syndicalleux) ont décidé de fonder une Alliance Sociale(iste) et de déclarer la guerre (!) au mouvement anti-étatiste.

La première attaque est venue de Michel Arsenault, le président de la Fédération des travailleurs du Québec, qui a déclaré:

« Ça, c’est la différence entre les êtres humains et les animaux, a-t-il déclaré. Les animaux, quand il y en a un qui vieillit, ils le laissent mourir et ils le mangent entre eux. Nous, il faut s’occuper de notre monde, de nos jeunes, de nos étudiants, de nos vieillards. »

J’espère que l’Alliance Sociale(iste) a d’autres munitions en réserve parce que si leurs arguments sont aussi faibles et démagogiques que celui-là, la guerre ne sera pas longue…

En effet, la différence entre les hommes et les animaux c’est que les hommes sont capables de faire preuve d’empathie.  Ni la gauche ni la droite ne veulent laisser mourir les vieillards dans les rues,  par contre, dans un des cas l’aide que l’on prétend apporter est en réalité une arnaque.

Quand un libertarien voit une personne dans le besoin, elle se dit: JE dois aider cette personne, c’est MA responsabilité.  Le libertarien sort donc son portefeuille et donne de l’argent au vieillard.

Quand un syndicalleux (généralement un bureaucrate) voit une personne dans le besoin, elle se dit: QUELQU’UN D’AUTRE doit aider cette personne, c’est la responsabilité des AUTRES.  Le syndicalleux accoste donc le premier passant venu et, sous la menace d’une arme, lui vole son portefeuille.  Ensuite, le syndicalleux se garde une commission à partir du butin nouvellement acquis (il faut bien rémunérer ses services) et distribue ce qui reste au vieillard.

Mais ce n’est pas tout.  Puisque le syndicalleux se verse une généreuse commission sous prétexte qu’il aide les pauvres, alors il va créer une véritable industrie de la pauvreté i.e. il militera pour que le gouvernement mette en place une infrastructure qui condamnera les gens à être pauvre s’assurant ainsi de toucher à perpétuité de généreuses commissions.

Concrètement, la solution des syndicalleux aux problèmes de pauvreté c’est plus de gouvernement.  Plus de gouvernement signifie plus de syndicalleux (des bureaucrates touchant une commission/salaire).  Plus le gouvernement grossit, moins l’économie est libre et moins l’économie est libre, plus on peut créer de la pauvreté.  Un cercle vicieux qui a été érigé en modèle au Québec.

Mais le syndicalleux est aussi vicieux, car son autre stratégie, pour s’assurer que le système soit maintenu en place, consiste à rendre les pauvres dépendants de son aide. Voici comment le régime d’État-providence des syndicalleux détruit les hommes:

Cliquez ici pour lire la suite »


8 novembre 2010

Plan de stimulation de la corruption Économie En Chiffres International Récession

Quand les gouvernements ont commencé à investir massivement dans des plans de relance, j’ai affirmé à quelques reprises que cette intervention massive de l’État allait invariablement se solder par une augmentation de la corruption.  Après tout, il existe un lien direct entre le niveau de corruption et le niveau d’intervention du gouvernement dans l’économie.

Bien sûr, l’aveuglement idéologique fait en sorte que les gauchistes refusent d’admettre qu’une telle relation puisse exister.  La semaine dernière sur le plateau de Tout le monde en parle, un guignol de La Presse, sans doute inspiré par le cherry-picking de Jean-François Lisée, a affirmé que l’exemple de la Scandinavie démontrait qu’il n’existait aucun lien entre la corruption et l’étatisme.

Malheureusement pour les gauchistes, les plus récentes données de l’organisme Transparency International, publiées la semaine dernière, permettent de juger à quel point les plans de relance ont surtout stimulé…  la corruption !

Voici l’évolution de l’indice de corruption dans les pays du G8 depuis 2001:

Corruption
Plus l’indice est proche de 0, plus la corruption est importante

Le même exercice, mais avec l’OCDE, une organisation de pays développés possédant un système de gouvernement démocratique et une économie de marché (34 pays membres):

Corruption
Plus l’indice est proche de 0, plus la corruption est importante

De 2001-2007, soit pendant 6 ans, tant chez les pays du G8 que ceux de l’OCDE, la corruption a diminué de manière importante.  Mais à partir de 2008, année durant laquelle les plans de relance ont débuté, la tendance s’est inversée, tous les gains ont été effacés et la corruption a augmenté de manière importante.

Rien de surprenant: quand un politicien se présente avec un énorme plat de bonbon, les gens sont prêts à faire n’importe quoi pour être sûrs d’avoir leur « juste » part.

Source:
Transparency International
Corruption perceptions index


8 novembre 2010

Obama dit oui au gaz de shiste Économie Environnement États-Unis Revue de presse

The NewYork Times

Obama’s Enthusiasm for Gas Drilling Raises Eyebrows
The New York Times

President Obama’s newfound interest in expanded natural gas drilling yesterday surprised many on all sides of the drilling debate, from environmentalists to drillers and even the coal industry.

Representatives of drilling groups said they had no idea that Obama would make natural gas his lead olive branch to the newly empowered Capitol Hill Republicans. But they were pleased that he did.

« I was surprised by the venue, » said Chris Tucker, spokesman for Energy In Depth, a drilling industry group formed to fight off federal regulation of shale gas drilling.

Obama’s remarks seemed to refer to vast new sources of shale gas in Pennsylvania, Texas and their neighboring states. Improvements in « hydraulic fracturing » technology have allowed production from formations under those states previously thought to be too expensive to exploit.

« We’ve got, I think, broad agreement that we’ve got terrific natural gas resources in this country, » Obama said when he was pressed for issues on which he could compromise with Republican leaders. « Are we doing everything we can to develop those? »

Another gas group, America’s Natural Gas Alliance, called Obama’s remarks « And they were his strongest public comments to date in support of natural gas. »