Selon certaines personnes qui ne connaissent strictement rien à la philosophie libertarienne, si les mineurs chiliens avaient été des libertariens, ils seraient tous morts au fond de leur trou avant que les secours puissent les atteindre.

Vraiment ?

En fait, ce genre de scénario aurait été possible si les mineurs en question avaient décidé de mettre en place un régime socialiste.  Dans un tel régime, les mineurs auraient utilisé la force pour dépouiller leur collègue le plus fortuné.  Une fois cela fait, le groupe aurait ensuite désigné un autre mineur qui aurait été la cible de leur prochaine attaque (et ainsi de suite).   S’en serait suivi une longue et épuisante suite de combats qui auraient transformé la mine en véritable jungle; chaque protagoniste étant contraint par le système d’utiliser le peu de ressources à sa disposition pour comploter dans le but d’assurer sa propre survie, la mine serait venue à bout du mineur le plus endurant.

Le seul moyen qui a permis aux mineurs de survivre dans cet environnement hostile fut l’application des principes de base de la philosophie libertarienne c.-à-d. une coopération volontaire qui a rendu possible l’émergence d’un ordre spontané.  Il aurait été impossible pour ces mineurs de survivre si un certain nombre d’entre eux avaient décidé d’avoir recours à la coercition pour imposer leurs choix au reste du groupe.

Pour rependre les paroles de Ludwig von Mises:

Ludwig von Mises

« Within the frame of social cooperation there can emerge between members of society feelings of sympathy and friendship and a sense of belonging together. These feelings are the source of mans most delightful and most sublime experiences. They are the most precious adornment of life; they lift the animal species man to the heights of a really human existence. However, they are not, as some have asserted, the agents that have brought about social relations. They are fruits of social cooperation. »

Dans un régime socialiste, c’est la loi de la jungle qui sévit et les lois sont écrites par le troupeau de hyènes.