Antagoniste


15 octobre 2010

Le mensonge des médias États-Unis Hétu Watch

Tea PartyLes Tea Party existent depuis plus d’un an et le discours des médias à l’égard de ce mouvement citoyen a peu évolué.  Selon les élites médiatiques, on aurait affaire à un mouvement raciste qui serait la réincarnation moderne du KKK.

Une chercheuse de l’UCLA a décidé de vérifier si c’était bien le cas.  Emily Ekins s’est rendu au méga rassemblement du Tea Party qui a eu lieu de 12 septembre dernier.  Elle a fait un recensement des pancartes amenées par les gens pour déterminer s’il y avait des éléments racistes présents dans la foule et le cas échéant évaluer leur importance.

Les résultats vont décevoir les gauchistes

Environ 94% des pancartes brandies par les manifestants réclamaient une diminution de la taille de l’État.  À peine 5% des affiches faisaient référence à la religion ou l’origine ethnique du président.  Pour terminer, un maigre 1% des affiches questionnait la nationalité américaine de Barack Obama.

La chercheuse conclut que les médias ont systématiquement exagéré la présence des éléments racistes dans les Tea Party car si uniquement 6% des gens avaient des pancartes racistes, ceux-ci ont accaparé 25% de l’espace médiatique.

Somme toute, ce sont les médias qui ont créé l’illusion que les Tea Party étaient un phénomène  imputable à un racisme latent présent au sein de la société américaine.

La prochaine fois que vous lirez sur un blogue ou dans un forum que les Tea Party sont des manifestations racistes, vous saurez quoi répondre.


15 octobre 2010

Des mineurs socialistes ou libertariens ? Coup de gueule États-Unis Gauchistan Hétu Watch

Selon certaines personnes qui ne connaissent strictement rien à la philosophie libertarienne, si les mineurs chiliens avaient été des libertariens, ils seraient tous morts au fond de leur trou avant que les secours puissent les atteindre.

Vraiment ?

En fait, ce genre de scénario aurait été possible si les mineurs en question avaient décidé de mettre en place un régime socialiste.  Dans un tel régime, les mineurs auraient utilisé la force pour dépouiller leur collègue le plus fortuné.  Une fois cela fait, le groupe aurait ensuite désigné un autre mineur qui aurait été la cible de leur prochaine attaque (et ainsi de suite).   S’en serait suivi une longue et épuisante suite de combats qui auraient transformé la mine en véritable jungle; chaque protagoniste étant contraint par le système d’utiliser le peu de ressources à sa disposition pour comploter dans le but d’assurer sa propre survie, la mine serait venue à bout du mineur le plus endurant.

Le seul moyen qui a permis aux mineurs de survivre dans cet environnement hostile fut l’application des principes de base de la philosophie libertarienne c.-à-d. une coopération volontaire qui a rendu possible l’émergence d’un ordre spontané.  Il aurait été impossible pour ces mineurs de survivre si un certain nombre d’entre eux avaient décidé d’avoir recours à la coercition pour imposer leurs choix au reste du groupe.

Pour rependre les paroles de Ludwig von Mises:

Ludwig von Mises

« Within the frame of social cooperation there can emerge between members of society feelings of sympathy and friendship and a sense of belonging together. These feelings are the source of mans most delightful and most sublime experiences. They are the most precious adornment of life; they lift the animal species man to the heights of a really human existence. However, they are not, as some have asserted, the agents that have brought about social relations. They are fruits of social cooperation. »

Dans un régime socialiste, c’est la loi de la jungle qui sévit et les lois sont écrites par le troupeau de hyènes.


15 octobre 2010

Le parti des extrémistes Économie États-Unis Hétu Watch Revue de presse

The Hill

Voters more likely to see Democrats as dominated by extremists
The Hill

Likely voters in battleground districts see extremists as having a more dominant influence over the Democratic Party than they do over the GOP.

This result comes from The Hill 2010 Midterm Election Poll, which found that 44 percent of likely voters say the Democratic Party is more dominated by its extreme elements, whereas 37 percent say it’s the Republican Party that is more dominated by extremists.

The revelations in a survey of 10 toss-up congressional districts across the country point to problems for Democrats, who are trying to motivate a disillusioned base and appeal to independents moving to the GOP ahead of the Nov. 2 election.

The data surprised Democratic strategists and political experts in a campaign season when much media attention has focused on the battle between the GOP establishment and Tea Party-backed candidates such as Sharron Angle in Nevada and Christine O’Donnell in Delaware. They said it suggests problems for a Democratic Party seen as too liberal.

The survey also showed that a majority of Democratic voters want their representatives in Congress to work harder to achieve compromise with Republicans.