Antagoniste


14 octobre 2010
14 octobre 2010
14 octobre 2010

Who cares ? Canada Coup de gueule Gauchistan International

Screw the UNSe faire dire non par l’ONU c’est un peu comme si un pédophile vous disait que vous êtes un monstre parce que vous n’aimez pas les enfants.  Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne quand un pédophile dit à une personne qu’elle n’aime pas les enfants, je trouve que c’est un point positif pour cette personne.

Ce qui est embarrassant pour le Canada ce n’est pas le vote de rejet. Ce qui est vraiment embarrassant c’est que le Canada a voulu convaincre un « pédophile » que lui aussi aimait les enfants.  Pourquoi le Canada a-t-il perdu temps et argent pour faire partie du conseil de sécurité d’une organisation, dont le rôle principal consiste à blanchir la réputation de dictateurs ?

Cette semaine, l’Afrique du Sud a obtenu un siège par acclamation au conseil de sécurité.  Qu’a fait ce pays en 2007-2008 lors de son dernier passage au sein de cette « vénérable » organisation ?  L’Afrique du Sud a refusé de condamner les violences sexuelles en Birmanie de même que les violations des droits humains au Belarus, en Iran et en Corée du Nord.  Ya pas à dire, l’admission au conseil de sécurité de l’ONU est un privilège qui se mérite…

Le refus onusien ne m’empêchera pas de dormir.  Même que je suis plutôt soulagé d’apprendre que cette racaille a peu de points en commun avec le Canada.

P.-S. Malheureusement, l’analogie avec le pédophile n’est pas qu’une simple analogie, c’est aussi la réalité.

En bonus, les Nations-Unies tiennent aussi à vous rappeler que « la liberté, c’est l’esclavage ».

En passant, le membership à l’ONU va coûter aux Canadiens 75,4 millions de dollars cette année…  Un abonnement dans un club de golf serait tout aussi efficace, mais beaucoup moins dispendieux.


14 octobre 2010

Le messie ! Économie États-Unis Revue de presse

The Wall Street Journal

Obama’s Miracle: He’s Making Bush Look Good
The Wall Street Journal

Back in April, Democratic pollster Stan Greenberg was fairly confident that Republicans had peaked too early. While Democratic losses would be severe, he predicted, « it will not be another 1994. » Now the former pollster for Bill Clinton is less sure Democrats can avoid a blowout.

President Obama has been enamored of the theme that the country can’t afford to return to what he terms the discredited policies of the Bush years. « That’s the mantra that he wants to drill into voters’ heads between now and November, » ABC News reported last summer.

The only problem, according to Mr. Greenberg, is that it doesn’t work. « Though voters agree the economy was an ‘inherited’ problem, they do not like to hear politicians blaming Bush or looking backwards, » he concluded in his study. In an interview with Jane Hamsher of the blog Firedog Lake, Mr. Greenberg went on to say: « I’m really puzzled by Democratic leaders stuck in a message that demonstrably doesn’t work. » He puts it down to the president listening to economic advisers who want him to set a rhetorical tone that « will help confidence to come back. »

But so far the only thing that seems to be coming back is nostalgia for George W. Bush. A new CNN poll finds voters still believe Mr. Obama is a better president than Mr. Bush was, but by only 47% to 45%. That’s down from a whopping 23-point margin last year. « Democrats would be wise to think twice before bringing up the name of President Bush on the campaign trail this fall, » says CNN Polling Director Keating Holland.