Il y a 2 semaines, La Presse a diffusé un texte chargé de haine envers la droite américaine.  Ce torchon, signé par Jocelyn Coulon, est un monument au mensonge, à l’aveuglement volontaire et au double standard.  Pour démontrer à quel point ce texte était odieux, reprenons-le point par point.

La Presse
Obama face à la haine

L’affaire Jones révèle bien autre chose: depuis l’élection de Barack Obama, les États-Unis sont aux prises avec la montée d’un mouvement de haine dirigé contre le président, l’immigration et les musulmans, et dont le vecteur principal est le Parti républicain et ses alliés de droite dans les médias dits sérieux.

J’aimerais bien que Jocelyn Coulon fasse une liste des gestes haineux dirigés contre le président, l’immigration et les musulmans.  De mon côté, je peux facilement faire une liste des gestes violents posés par la gauche depuis l’élection de Barack Obama:

La liste est longue, je pourrais continuer comme ça pendant des heures. Bref, quand les médias parlent des Tea Party, ils sont obligés d’imaginer de possibles actes de violence parce que ce groupe n’a pas d’antécédents violents.  Par contre à gauche, l’usage de la force est devenu la règle.

La Presse
Obama face à la haine

Tout a commencé pendant la campagne électorale de 2007-2008. Devant le désastre électoral qui s’annonçait, un gang de rue, une bande de voyous s’est emparée du Parti républicain en recrutant Sarah Palin et en laissant aux plus fanatiques une place qu’ils n’auraient jamais occupée sous Ronald Reagan. Leurs critiques contre le Parti démocrate sont devenues plus acerbes, plus vicieuses, lorsque M. Obama a été choisi comme candidat démocrate à la présidentielle.

Si Jocelyn Coulon veut voir « un gang de rue » ou encore « une bande de voyous », c’est du côté de la gauche qu’il faut chercher, pas du côté de Sarah Palin ou des Tea Party:

Tea Party <Gauchiste
Manifestants présents lors d’un Tea Party Manifestants présents lors du sommet du G20 de Pittsburgh

Tea Party Gauchiste
Manifestants présents lors d’un Tea Party Manifestants présents lors du sommet du G20 de Pittsburgh

Les Tea Party existent depuis plus d’un an et pendant tout ce temps, le régime socialiste du président Obama tente de faire croire à la population que ceux qui participent à ce mouvement sont des gens violents et dangereux.

Pourtant, malgré les milliers de manifestations, aucun geste violent n’a pu être associé au Tea Party.  Lors des méga-manifestations qui ont réuni plusieurs centaines de milliers de personnes, pas une seule arrestation.  Même que cette foule s’est particulièrement distinguée pour son civisme et son respect.

La Presse
Obama face à la haine

Leurs critiques contre le Parti démocrate sont devenues plus acerbes, plus vicieuses, lorsque M. Obama a été choisi comme candidat démocrate à la présidentielle.

Sa victoire, massive et sans appel, ne les a pas fait taire. À l’été 2009, en plein débat sur la réforme du système de santé, le pus est sorti et la racaille s’en est donnée à coeur joie, aiguillonnée par les leaders républicains, Fox News, la page éditoriale du Wall Street Journal, Rush Limbaugh et plusieurs autres.

Jocelyn Coulon pleurniche parce que les critiques dirigées contre Barack Obama sont devenues acerbes et vicieuses. Jocelyn Coulon a-t-il déjà oublié la manière dont Bush a été critiqué par la gauche ? A-t-il écrit un texte incendiaire à l’époque pour condamner ces débordements ?

La Presse
Obama face à la haine

Sa victoire, massive et sans appel, ne les a pas fait taire. À l’été 2009, en plein débat sur la réforme du système de santé, le pus est sorti et la racaille s’en est donnée à coeur joie, aiguillonnée par les leaders républicains, Fox News, la page éditoriale du Wall Street Journal, Rush Limbaugh et plusieurs autres. Sans même se cacher, certains se sont présentés à l’entrée des édifices où le président parlait, un pistolet attaché à une jambe, en proclamant qu’«il faut parfois abreuver l’arbre de la liberté du sang des tyrans et des patriotes» alors que Sarah Palin demandait à ses partisans de «recharger» et qu’elle publiait une galerie de photos de politiciens marqués d’une mire afin de les «abattre» aux élections.

Voici le « dangereux » manifestant avec un pistolet attaché à une jambe en entrevue sur les ondes du réseau ultragauchiste MSNBC:

Le type en question, William Kostric, se distingue par son calme, ses réflexions posées et son discours articulé. Bref, il n’est pas violent pour 2¢. On est loin de l’extrémiste dont parle Jocelyn Coulon. D’ailleurs dans son texte, Jocelyn Coulon n’a même pas été foutu de citer correctement la pancarte de William Kostric.

En passant, cette vidéo fait référence à un événement survenu dans le New Hampshire, un État dans lequel le port d’arme est légal. Incidemment, le taux d’homicide au New Hampshire est de 0,8 par 100 000 habitants alors qu’il est de 1,19 par 100 000 habitants au Québec.

Ensuite, dans un extraordinaire élan de malhonnêteté, Jocelyn Coulon laisse croire que « l’incident » au New Hampshire est survenu au même moment où Sarah Palin demandait à ses partisans de « recharger » dans une publicité présentant des politiciens marqués d’une mire afin de les « abattre » aux élections. Dans la réalité, les événements du New Hampshire se sont déroulés au mois d’août 2009 et la publicité de Sarah Palin a eu lieu en mars 2010 !

De plus, la publicité de Sarah Palin n’a rien de scandaleuse, surtout que les démocrates ont fait la même chose, c.-à-d. présenter des politiciens marqués d’une mire afin de les « abattre » aux élections. Je ne crois pas que Jocelyn Coulon a écrit un article pour dénoncer les démocrates lorsque cela s’est produit.

La Presse
Obama face à la haine

En juillet dernier, cela n’a pas empêché la gouverneure républicaine de l’Arizona d’appuyer son projet de loi scélérat contre l’immigration illégale en révélant, sans la moindre preuve, que la police venait de découvrir à la frontière avec le Mexique quatre corps sans tête.

Le problème ? La gouverneure républicaine de l’Arizona avait raison. En passant en quoi le projet de loi, qui interdit le profilage racial, peut-il être considéré comme « scélérat » ? La journée où le Québec cessera de sélectionner ses immigrants, on pourra faire la leçon aux Américains, pas avant.

La Presse
Obama face à la haine

Sur l’islam il semble maintenant que tout soit permis, même dans les médias les plus respectables. Il y a quelques jours, sur le blogue du rédacteur en chef du célèbre hebdomadaire The New Republic, le pus est sorti à nouveau. Martin Peretz écrit à propos des musulmans américains: «Je me demande si je suis tenu d’honorer ces gens et de faire semblant qu’ils méritent les privilèges du Premier Amendement, car tout mon être me dit qu’ils finiront par abuser de ces privilèges.» On imagine le tollé si cela avait été dit à propos des juifs ou des noirs. Sur les musulmans, cela passe comme une lettre à la poste.

L’islamophobie qui serait omniprésente aux États-Unis est tout simplement un mythe. Andrew Kohut, du Pew Research Center, affirme que rien ne permet de conclure à une montée de l’islamophobie au pays de l’oncle Sam. Soulignons aussi que selon les statistiques du FBI, pour chaque musulman victime d’un crime haineux, il y a 8,8 juifs qui sont les victimes de crime à connotation antisémite.

Pour ce qui est de la protection conférée aux musulmans par le 1er amendement, Jocelyn Coulon délire une fois de plus. Un sondage publié récemment a montré que c’est aux États-Unis où l’on supporte le moins l’interdiction du port du voile islamique, seulement 25% des Américains appuient cette mesure. Si l’on veut trouver des pays qui ne respectent pas l’esprit du 1er amendement, on pourrait se tourner vers la France où 82% de la population appuie une interdiction complète du port du voile. On pourrait aussi regarder du côté du Québec ou 75% de la population considèrent que les minorités religieuses ont trop de droits.

La Presse
Obama face à la haine

La droite américaine est devenue un mouvement de fêlés et d’extrémistes, et Terry Jones évolue dans cette atmosphère délétère. Même Marine Le Pen le croit. Eh oui, la fille de Jean-Marie Le Pen, future présidente du Front national, déclarait récemment au magazine Time que «la droite américaine est beaucoup plus à droite que le Front national». C’est dire.

Il serait bon de rappeler à Jocelyn Coulon que le Front Nationale se trouve à l’extrême gauche sur les questions économiques, nationalisme oblige (ici, ici, ici & ici). Il n’est donc pas surprenant que les Tea Party, qui basent l’essentiel de leurs actions politiques sur plus grande liberté économique, soient plus à droite que Marine Le Pen.

D’ailleurs, quelqu’un pourrait retrouver l’article du Times dont parle Jocelyn Coulon ? Moi j’ai cherché, mais je n’ai rien trouvé… J’en suis devenu à me demander si cet article existe vraiment.

La Presse
Obama face à la haine

Pauvre M. Obama, ses services de sécurité doivent absolument redoubler de vigilance, car un jour, un fêlé conditionné par cette droite se sentira le devoir d’«abreuver l’arbre de la liberté du sang des tyrans».

Jocelyn Coulon sera sans doute déçu d’apprendre que le nombre de menaces dirigées contre le président Obama est comparable au nombre qu’ont reçu les présidents Bush et Clinton.

Bref, comme vous venez de le constater, aucun des arguments avancés par Jocelyn Coulon ne tient la route, une simple recherche permet de démolir le torchon qu’il a publié dans La Presse. Ce qui est préoccupant dans cette histoire c’est qu’un membre du CÉRIUM ait pu écrire un texte aussi haineux et malhonnête.