Antagoniste.net » 2010 » septembre » 22

Antagoniste


22 septembre 2010

Obamanomics Chine Économie En Chiffres États-Unis Hétu Watch

Non seulement Barack Obama est fier de son bilan économique, mais il a eu l’arrogance/ la stupidité de demander aux Tea Party d’identifier les solutions aux problèmes qu’ils dénoncent.

Mes solutions pour le président Obama ?  Et si le président prenait les mesures pour s’assurer que son pays soit moins communiste que la Chine…  Voici comment le Forum Économique Mondial classe les États-Unis par rapport à la Chine (rang occupé sur 139 pays):

Obamanomics

Voici comment se compare la dernière année de Bush à la présente année d’Obama:

Obamanomics

Obama fait pire que Bush, même si ce dernier a toujours eu tendance à pencher à gauche sur les questions économiques !

P.-S. Un sondage Rasmussen publié mardi montre que 52% de l’électorat américain estiment que leurs idées sont plus proches de celles de Sarah Palin que de celles de Barack Obama.  Seulement 40% des Américains considèrent que leurs idées sont plus proches que celles du président que de celles de l’ancienne colistière de John McCain.

Source:
Forum Économique Mondial
Centre for Global Competitiveness and Performance


22 septembre 2010

L’inutile registre Canada Économie

GaspillageDans un monde où les politiciens seraient des gens rationnels, le registre des armes d’épaule serait aboli aujourd’hui. Mais le concept de « politiciens rationnels » est un oxymoron…

Premièrement, les coûts de fonctionnement du registre sont tout simplement astronomiques.  Selon la GRC il en coûte 86,5 millions de dollars par année, la Canadian Taxpayers Federation estime de son côté que les dépenses sont de l’ordre de 106 millions de dollars.  Et qu’obtient-on en retour ?  Pas grand chose.

La GRC défend le registre en disant qu’on a pu réduire le nombre d’homicides avec des armes d’épaule.  C’est juste, en 1995, avant l’arrivée du registre, il y a eu 64 meurtres commis avec une arme d’épaule, en 2008 ce nombre est passé à 34.  Par contre de 1995 à 2008, le nombre d’homicides commis avec une arme à feu a légèrement augmenté, il est passé de 176 à 200.  Comment peut-on expliquer cette situation ?  Assez simplement… En 1995, 54% des homicides par arme à feu ont été commis avec une arme de poing contre 37% pour les armes d’épaule.  En 2008, la proportion était de 61% pour les armes de poing et de 17% pour les armes d’épaule.  En bref, le registre n’a pas réduit le nombre de meurtres, il a tout simplement fait en sorte que les criminels utilisent dorénavant les armes de poing, provenant du marché noir, en plus grand nombre.

La GRC défend aussi le registre en disant qu’il a réduit le nombre de suicides par arme à feu.  Mais comme dans le cas des homicides, cet argument ne tient pas la route.  Même si le nombre de suicides commis avec des armes à feu a diminué depuis l’adoption du registre, le taux de suicide est resté le même.  Somme toute, comme pour les homicides, le registre a tout simplement fait en sorte que les gens ont utilisé une méthode différente pour parvenir à leur fin.

Le registre n’a pas eu d’impact sur les homicides ni sur les suicides.  Alors, pourquoi continuer à engloutir des millions de dollars dans cette structure inutile qui ne fait que criminaliser d’honnêtes citoyens ?

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 253-0005, 253-0001 & 102-0551


22 septembre 2010

La bonne nouvelle du jour Environnement International Revue de presse

The Guardian

Climate change enlightenment was fun while it lasted. But now it’s dead
The Guardian

The closer it comes, the worse it looks. The best outcome anyone now expects from December’s climate summit in Mexico is that some delegates might stay awake during the meetings. When talks fail once, as they did in Copenhagen, governments lose interest. They don’t want to be associated with failure, they don’t want to pour time and energy into a broken process. Nine years after the world trade negotiations moved to Mexico after failing in Qatar, they remain in diplomatic limbo. Nothing in the preparations for the climate talks suggests any other outcome.

A meeting in China at the beginning of October is supposed to clear the way for Cancún. The hosts have already made it clear that it’s going nowhere: there are, a top Chinese climate change official explains, still « huge differences between developed and developing countries ». Everyone blames everyone else for the failure at Copenhagen. Everyone insists that everyone else should move.

But nobody cares enough to make a fight of it. The disagreements are simultaneously entrenched and muted. The doctor’s certificate has not been issued; perhaps, to save face, it never will be. But the harsh reality we have to grasp is that the process is dead.