Radio-PoubelleQuestion de faire suite au texte d’Éric Duhaime sur la radio-poubelle montréalaise, j’ai 2 exemples à vous présenter.

Aux États-Unis, les noirs constituent 13% de la population, mais dans la NFL ils constituent 70% des joueurs; dans les années 50, la NFL était une ligue essentiellement blanche.

Maintenant, imaginons une figure identifiée au Tea Party, Sarah Palin par exemple, qui déclare que la NFL c’est bien plus qu’une simple business et que la ligue a aussi pour mission de véhiculer des valeurs identitaires.  Par conséquent, la NFL doit favoriser l’embauche de joueurs blancs pour mieux refléter l’identité nationale américaine et ainsi avoir une ligue qui nous ressemble.

Selon vous, si Sarah Palin avait fait ce genre de déclaration quelle aurait été la réaction des médias québécois, Benoît Dutrizac par exemple ?  Il aurait probablement déchiré sa chemise tout en traitant Sarah Palin de salope, de fasciste et sale redneck raciste qui mériterait d’être lynchée sur la place publique.

Pourtant, Benoît Dutrizac et Pierre Curzi ont eu exactement le même genre discussion hier midi sur les ondes du 98,5.  Ils sont simplement remplacés la NFL par le Canadien et les noirs/blancs par des francophones/anglophones.  Mais, ces propos qui auraient été inacceptables dans la bouche de Sarah Palin sont devenus bon chic bon genre parce qu’ils ont été prononcés par des nationalistes québécois.

Un autre exemple.

Imaginez un animateur de radio albertain qui pète une coche après avoir lu un article dans Le Devoir qui était très critique à l’égard de sa province.  Imaginons que cet animateur affirme dans son émission qu’il va débarquer dans les bureaux du Devoir pour distribuer des claques aux frogs parce qu’ils ont osé critiquer sa province.  Cet animateur aurait sans doute été condamné par tous les médias québécois et il n’aurait pu s’en tirer en disant avoir fait une blague.  Pourtant, c’est exactement ce qu’a fait Benoît Dutrizac hier midi: Le Devoir est devenu le National Post et les frogs sont devenus des blokes.