Journal de Montreal

Sans bureaucratie, l’école publique performe
Journal de Montréal

Treize écoles «autonomes» ouvertes depuis quelques années en Alberta sont en train de prouver que le réseau d’éducation pourrait se passer des commissions scolaires. Depuis qu’elles se sont «débarrassées» de ce que leurs directeurs appellent la «grosse bureaucratie», ces institutions sont plus performantes que jamais.

Financées à 100 % par les contribuables albertains, ces institutions sont gérées comme des écoles privées. Dans ces établissements, pas un sou ne va dans les commissions scolaires, une structure dont l’administration a coûté 575 M$ aux Québécois, l’an dernier.

Les directeurs de ces écoles autonomes embauchent et sélectionnent eux-mêmes chacun de leurs employés, du prof au concierge, en passant par le chauffeur d’autobus et la secrétaire. Ce sont eux qui déterminent les priorités de leur école et les services dont leurs élèves ont besoin.

Les résultats des élèves inscrits dans ces écoles autonomes sont tout simplement spectaculaires. Selon les plus récentes données disponibles, 91 % d’entre eux réussissent les examens du Ministère. C’est 15 points au-dessus de la moyenne des autres écoles, un écart qui croît un peu plus chaque année.