Double Standard

Dans le coin droit: un pasteur moustachu qui veut brûler du papier.  Dans le coin gauche: des islamistes qui promettent de poser des gestes violents si le pasteur moustachu brûle du papier.  Maintenant, selon vous, lequel des 2 protagonistes sera condamné par les médias ?

Les journalistes étant par définition des « idiots utiles », c’est le pasteur moustachu qui a été condamné sur la place publique.  Parce que selon les médias, les fous ne sont pas les islamistes qui jurent de verser le sang de gens innocents, les fous sont plutôt ceux qui veulent brûler des corans, un geste qui pourtant ne fait de mal à personne.  Dans cette course à la condamnation, les journalistes n’ont pas eu peur du ridicule, pensons à Denise Bombardier qui a comparé le pasteur moustachu à…  Ben Laden !

Parce que selon l’étrange logique des médias, nous sommes obligés de nous conformer aux exigences des islamistes et de respecter leurs croyances religieuses.  Selon cette logique tordue, la critique d’une croyance ou d’une philosophie est strictement interdite parce qu’elle serait assimilable à la critique d’un groupe ethnique.  Notez que ce principe ne s’applique pas aux catholiques.  Par exemple, pour un journaliste, il est parfaitement acceptable de souhaiter qu’un cardinal meure d’une longue et pénible maladie.

Un pasteur moustachu voulait brûler des corans…  Pour faire plaisir aux hordes de barbares, les journalistes ont décidé de condamner le pasteur brûlant ainsi du même coup nos libertés.  La liberté, par exemple, d’être de pouvoir critiqué pacifiquement un système de valeur.

Nos médias ne valent pas mieux que ceux qui ont voté pour le Patriot Act…  Tout comme les politiciens, ils sont prêts à sacrifier nos libertés pour entretenir l’illusion qu’ils ont plus de sécurité.