Dans son discours à la nation au sujet de la fin de la guerre en Irak, Barack Obama a mis énormément d’emphase sur le fait que cette guerre a été la source de déficits qui ont fragilisé l’économie américaine.  Il va de soi que cette analyse a été reprise en cœur par les médias québécois (ici, ici & ici).

S’il est vrai que le coût de la guerre en Irak a été astronomique, il serait bon de mettre ces chiffres en perspective.  Voici la valeur des déficits des États-Unis avec et sans la guerre en Irak:

Keynesianisme

La guerre en Irak a coûté 709 milliards de dollars alors que les déficits, depuis 2003, s’élèvent à 4 731 milliards de dollars.  En bref, durant cette période, la guerre en Irak a représenté 15% des déficits aux États-Unis.  Toujours durant cette période, la guerre en Irak a représenté 2,3% des dépenses totales du gouvernement…  À lui seul, le déficit de l’année 2009 de l’Administration Obama est presque 2 fois plus élevé que le coût total de la guerre en Irak.

Il est aussi ironique d’entendre des keynésiens affirmer que la guerre en Irak a ruiné l’économie américaine puisque selon la doctrine keynésienne, les guerres sont des stimuli économiques !

Source:
Congressional Budget Office
The Budget and Economic Outlook: An Update