Big BrotherLa controverse politique de l’été, le fameux recensement.

À la base, un recensement sert à compter la population pour s’assurer que les gens sont adéquatement représentés dans les différentes législatures.  On s’assure ainsi que les provinces ont un nombre de députés propositionnel à leur population et que les différentes circonscriptions ont un nombre équivalent d’électeurs.  Bref, le recensement doit servir à protéger le principe voulant qu’un électeur égale un vote.

Je ne vais rien vous apprendre si je vous dis qu’aujourd’hui le recensement sert à tout sauf protéger le processus démocratique.  Le principe de proportionnalité du vote en fonction de la taille de l’électorat a été sacrifié il y a bien longtemps sur l’autel de l’électoralisme.

Le rôle fondamental du recensement a été sacrifié pour en faire un instrument socialiste.  Ainsi, le gouvernement a besoin de connaître votre religion pour mettre en place des politiques bigotes de discrimination positive ou encore de connaître le nombre de chambre à coucher dans votre logis pour mettre en place des politiques inutiles de logement social.  Bref, le recensement est devenu un outil d’ingénierie sociale: le gouvernement veut savoir comment vous vivez pour mieux vous dire comment vous devriez vivre.  N’oubliez pas que pour un fonctionnaire, un citoyen est une personne trop stupide pour faire ses propres choix, le recensement est donc leur arme de prédilection dans leur incessante croisade visant à uniformiser et planifier la vie des individus.

Pour citer Groucho Marx: « Politics is the art of looking for trouble, finding it, misdiagnosing it, and then misapplying the wrong remedies. »

Si demain matin une grosse compagnie pharmaceutique se pointait chez vous en vous menaçant d’une arme pour que vous répondiez à un questionnaire de 50 pages, vous trouveriez ça normal ?  Bien sûr que non.  Alors, pourquoi trouver ça normal quand un politicien se comporte de cette façon ?  Vous pensez réellement que les intentions des politiciens sont plus pures ou louables que celles de la compagnie pharmaceutique ?  Laissez-moi rire…

On a accusé les conservateurs d’être des idéologues parce qu’ils avaient éliminé le caractère coercitif du recensement long.  Cette décision est effectivement idéologique.  Par contre, ceux qui veulent maintenir le statu quo sont aussi des idéologues.  On a donc deux idéologies qui s’affrontent: une qui va dans le sens d’une plus grande liberté individuelle et une autre qui va dans le sens de la tyrannie de l’État.  N’importe qui avec un minimum d’intelligence se rangera dans le camp de la liberté et non pas dans celui de l’oppression.

Avant de nous faire la morale sur l’absolue nécessité d’un recensement long, les politiciens devraient plutôt se concentrer à redonner au recensement son sens premier, i.e. protéger nos institutions démocratiques en s’assurant qu’un électeur égale un vote.