Selon les croisés de l’ordre du Saint-Modèle-Québécois, les Américains seraient plus analphabètes que les Québécois…

Il y a plusieurs manières d’évaluer le niveau d’instruction d’une population.  On peut effectivement analyser le niveau de littératie, mais si une personne avec un excellent français décroche avant d’obtenir son diplôme de secondaire 5, le gain sera négligeable.  On pourrait aussi regarder le taux de fréquentation des universités, mais encore là, le résultat peut être trompeur.  Un diplôme du MIT n’a pas la même valeur qu’un diplôme de l’UQAM.

Le meilleur indicateur à mon avis est celui que l’on retrouve « au bout de la chaîne de montage » i.e. l’importance économique qu’aura l’industrie du savoir dans une population.  Pour avoir une économie du savoir développée, il faut allier à la fois éducation universitaire et programme universitaire de haut niveau.

Dans un premier temps, voici ce qu’on retrouve « au bout de la chaîne de montage » en termes de brevets produits en Amérique du Nord:

Education Québec

Ne cherchez pas le Québec dans le top 10, nous sommes 33e sur 63.  Le score du Québec est de 84,9 brevets par million d’habitants alors que celui des États-Unis est de…  157 par million d’habitants.  Un score assez respectable pour une population supposément analphabète.

Dans un deuxième temps, voici ce qu’on retrouve « au bout de la chaîne de montage » en termes d’industries manufacturières spécialisées dans la haute-technologie en Amérique du Nord:

Éducation Québec

Ne cherchez pas le Québec dans le top 10, nous sommes 37e sur 61.  Le score du Québec est de 24,70% alors que celui des États-Unis est de…  46,4%.  Un score assez respectable pour une population supposément analphabète.

Certaines personnes tenteront de minimiser ces chiffres en faisant valoir que les États-Unis bénéficient d’une immigration hautement qualifiée, ce à quoi je réponds: il y a bien une raison qui fait en sorte qu’un immigrant qualifié préfère les États-Unis au Québec…

Source:
OCDE
OECD Regions at a Glance 2009